Anha S.L

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Hoshi : "Le physique n'a rien à voir avec la musique".

@eikomania.me x Anha S.L


⚡️

Récemment, l'artiste Hoshi a été victime de brimades et de jugements liés à son physique de la part de Fabien Lecoeuvre. Blessée, elle n'a pas hésité à faire entendre sa voix et à rétorquer face à ces attaques disproportionnées et ultra déplacées. 

En 2021, après les mouvements #MeToo, l'ascension du self-love et du bodypositivisme et l'acceptation d'autrui, y'a-t-il encore des critères de beauté aujourd'hui ? Clairement non. Cependant, il est difficile pour certains, qui sont restés bloqués dans les années 1940, d'évoluer et de ne pas regarder plus loin que le poster gélatineux d'une idole des anciens jeunes épinglée sur leur mur moisi de leurs lointains souvenirs. 

Choquant, outrageux ou maladroit ? Beaucoup encore ne se rendent pas compte que la beauté est subjective. Qu'à chaque époque, il y a un modèle de beauté plus ou moins "fashion" mais qu'aujourd'hui, on est pour l'acceptation des corps, des différentes ethnies parce que tout simplement, la différence, c'est une chance. 

La gente féminine est souvent plus victimes de critiques liées au physique plus qu'au talent ou au côté intellectuel. Cette enveloppe de chair est une identité qui est facilement exposée et malheureusement attire le mâle gaze. 

Encore loin d'avoir vaincu cette société patriarcale, les femmes sont condamnées à subir ces propos gratuits. Par exemple, si l'on inversait la situation et si les femmes critiquaient maladroitement ou intentionnellement les hommes sur leur physique, elles seraient directement lynchées sur la place publique. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'elles n'ont pas le droit de déraper et elles seraient directement jetées dans la fausse aux lions. 

Deux mots : Wake up ! ⚡️
 


🦞Abattre les critères de beauté : objectif suprême de 2021 ?

On aurait besoin de souffler et de ne plus avoir à se préoccuper de son physique ou de ne pas se sentir légitime d'exercer un art, une passion et de porter une voix forte sous prétexte que l'on a pas la "beauté adéquate" validée par la bienséance. 

Cela complexe les gens et notamment la jeune génération qui a grandi avec les réseaux sociaux et la montée en puissance des influenceurs.ses. Vie parfaite, physique de rêves, maisons et hôtels luxueux... Tout pour que les jeunes personnes salivent devant ce "wonderland" plus que réel et qui de fait donne l'illusion d'être accessible. Mais tout est faux. Le physique ne donne pas accès au bonheur. Au contraire, plus on est pointilleux et plus on se compare aux autres. C'est mettre le doigt dans l'engrenage et ne plus savoir comment se sortir de cette norme. 

La chanteuse et compositrice Hoshi fait partie de ces filles qui n'ont rien à envier aux autres. Et pourtant, ce 7 avril, le chronique Fabien Lecoeuvre s'est permis de dire : 


" Bon, quand vous regardez Hoshi par exemple, 
elle a un talent incroyable, indiscutable... Enfin 
vous mettez un poster de Hoshi dans votre chambre, vous ? 
Elle est effrayante ! "


Ce qui est effrayant, ce sont les propos de ce type. Pourquoi juger les artistes que ce soit les chanteurs, les comédiens et autres, principalement, sur leur physique ? Pourquoi Vanessa Paradis serait plus légitime de pratiquer son art et de chanter sur scène qu'une autre artiste ? Pourquoi le physique est-il encore un débat alors qu'au final, ce n'est pas important et cela ne définit pas la personnalité, le talent ou encore les valeurs de quelqu'un. Mais bon, s'aimer soi, c'est déjà une victoire et personne ne peut vous enlever ça.




☀️ "On veut autre chose dans les médias" : Une punchline qui peut changer le monde. 

Grâce à ses nombreuses réponses, Hoshi soulève ce problème et amène les médias à réfléchir sur la question de la "beauté" en général. 

En 2010, des filles qui avaient des blogs ont commencé à faire de la blogosphère un univers à part entière. C'était des filles lambdas qui avaient un style et qui partageaient leurs bons plans shopping et mode ainsi que leur "mood of the day" sur leur plateforme. Inconsciemment, elles contraient l'image des magazines féminins qui étaient ultra codifiés et glamourisés. Peu de personnes s'identifiaient à ceci – et c'est peut être toujours le cas – et ces dernier.e.s préféraient suivre des personnes plus accessibles et qui leur ressemblaient davantage

La société met dans des cases un certain nombre de critères à respecter. Et cela peut-être un frein à réaliser des rêves. Hoshi affirme et constate : 


" Il y a des jeunes qui veulent se lancer dans
la musique, dans le cinéma, dans plein de choses
et qui se disent : ah bah non, je réponds pas aux critères
de cette époque, de ces messieurs, alors c'est même pas
la peine que j'essaye..."


Le physique et les normes sociales ne devraient pas empêcher de s'accomplir et d'aller jusqu'au bout de nos objectifs. 

On établie une triste conclusion : malgré ces mouvements, les témoignages qui ont submergés la toile et la twittosphère ainsi que la parole qui s'est libérée, les insultes et les propos grossophobes, homophobes, racistes... sont malheureusement toujours d'actualité

Les réseaux sociaux sont une très bonne chose pour véhiculer un message puissant mais ils peuvent se transformer en une arme redoutable voire destructrice. L'incitation à la haine et donc l'objectif à rabaisser les gens surtout sur leur physique sont de véritables fléaux

Les mentalités devraient s'ouvrir et les mots ne doivent plus être des flèches empoisonnées qui heurtent les personnes concernées. Même si mettre des oeillères est assez compliquée notamment lorsque l'on vit dans une société où l'information est spontanée et omniprésente, on doit se blinder, continuer à exercer ce pourquoi l'on vit et arrêter de se trouver "immonde" dans le regard des autres car au fond, ce n'est pas vrai.

Merci Hoshi pour cette prise de parole ! C'est ensemble que l'on peut faire bouger les choses et accessoirement, changer le monde. 


🌎


Commentaires

  1. Là, le mec prend son exemple, mais il dit aussi "des beaux mecs" donc ça dépasse la question du physique des femmes, c'est plus sexiste : c'est juste stupide !
    En plus, le journaliste est censé tenir l'antenne, donc très clairement il aurait dû interrompre l'autre !!

    Mais effectivement, personne ne devrait renoncer à faire quelque chose par peur que son physique "ne convienne pas".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est clairement idiot. Mais je ne sais pas pourquoi il s'en est pris à elle particulièrement. Et concernant les hommes, oui, il cite clairement des noms.

      C'est assez choquant...

      Supprimer

Publier un commentaire