Anha S.L

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Les sites de rencontres : Le supermarché des célibataires, peut-on vivre une véritable histoire d'amour ?

@eikomania.me x Anha S.L 

🍓

On parle beaucoup d'amour sur Eikomania et c'est peut-être parce que le mois de février approche à grands pas et que la Saint-Valentin – cette fête assez commerciale où l'on célèbre l'amour – a perdu son odeur de romantisme. Effectivement, on part du principe qu'il n'y a pas de date en particulier pour réserver un moment "caliente" ou un slow langoureux avec son-sa partenaire. Mais on note qu'avec la démocratisation des téléphones portables et l'émergence des réseaux sociaux et donc des sites de rencontres, de plus en plus de gens s'inscrivent pour pouvoir enfin côtoyer leur âme-soeur. À l'heure du 2.0, la rencontre dite "naturelle" serait-elle devenue ringarde ou bien est-ce un moyen plus "pratique" pour les célibataires afin de déclencher des rendez-vous qui déboucheraient sur des véritables histoires ? 

🍓

🌙 Pour une nuit ou pour la vie ? 

C'est la grande question que se pose les gens. Rencontrons-nous des personnes que ce soit virtuellement ou dans la "vraie" vie pour un one-shot ou pour essayer de créer une love-story digne des plus grands films ? Tout dépend sur qui on tombe naturellement mais la plupart du temps, on espère que cela dure le plus longtemps possible. 

L'amour étant devenu un business, des applications comme Tinder, Happn, Fruitz, Adopte Un Mec, Grindr spécialisé pour la communauté LGBTQ+ et pour les plus anciens Meetic, Élite Rencontres... ont vu leurs chiffres exploser. En effet, 30% des célibataires s'inscrivent sur ce genre de sites pour avoir un "date". D'emblée, certains ont des objectifs communs, à savoir "passer un bon moment" et "juste pour le fun, sans pression, ni engagement" mais d'autres sont là pour dénicher la perle rare dans ce monde ultra-connecté où ce sentiment amoureux n'est plus aussi authentique qu'auparavant. 

On dit que la technologie nous aliène mais parfois, au contraire, on peut se rapprocher grâce à un écran interactif. L'écran enlève la timidité et brise la glace. Toutes les choses ou les mots sont permis que ce soit sous la forme de lettres d'amour, sextos, énigmes fastidieuses ou demandes sans filtre... Nous ne sommes pas obligés de passer par des sites de rencontres mais cela peut se faire par le biais d'Instagram, de Facebook ou de Twitter. On passe des heures à écrire des messages et en moyenne, on est scotché sur nos écrans au moins 1 heure et 40 minutes par jour. Ce qui est énorme en soit. 

Les réseaux sociaux ou les applications de rencontres favorisent la solitude ou les choix indécis, certes, mais c'est comme pour un emploi : Plus tu postules, plus tu as des réponses, quelles soient positives ou négatives


❌ Pour certains non-addicts, c'est un véritable supermarché du c*l. 

C'est clair que dit comme ça, ce n'est pas possible pour certains de rentrer ses coordonnées et d'ajouter sa photo de profil afin d'être rangé comme une vulgaire poupée dans ce monde virtuel de "l'amour"

On est dans une société qui prône le body-positive et être en accord avec soi est actuellement mis sur le devant de la scène. Seulement, comme dans la "vraie" vie, on se base sur le physique. Parce que cette enveloppe composée d'os et de chair est notre identité et donc la première chose que les yeux caressent. Comme un beau packaging, les autres se font une idée rien qu'à travers notre physique. Mais à l'inverse des sites de rencontres, nous ne sommes pas marqués au fer rouge comme du bétail si nous sommes en couple ou en célibat prolongé ou récent. Ici, ce supermarché regroupe une communauté de single-ladies et de bad-boys solitaires et via un algorithme où les filtres s'emmêlent, ils n'ont plus besoin de faire le "tri".

Cependant, les aficionados de ces sites ne sont pas à l'abri des fraudeurs. En effet, des rencontres ou des "matchs" peuvent s'effectuer mais l'identité ou le statut des gens peuvent être différents de leur profil virtuel. Mais parfois, certains s'amusent à jouer au jeu de l'arroseur arrosé. Et piéger ces imposteurs de l'amour est plus que jouissif. On peut déjà lister tous ces types de profils divers et variés que les aficionados grillent haut la main : 

💔 L'homme marié qui se fait passer pour un célibataire alors qu'il veut juste fantasmer et rompre son ennuie.
💔 L'infidèle qui veut de la polygamie et mettre du piment dans sa vie.
💔L'acteur-rice qui se prend pour un star de ciné et qui au final n'est pas si terrible. (effet Big Mac)
💔Le pleureur qui veut oublier son ex avec un pansement mercurochrome.
💔Le-la garçon/fille encore mineur.e qui veut avoir une première expérience. (et ça, c'est NON d'office)
💔Le vieux-ille mec/fille qui veut franchir le cap d'une première ou seconde fois. 

Et je suis certaine que vous pouvez en citer plein comme ça. 

⚡️


Ces plateformes anti-romantiques sont-elles des réels tues-l'amour ?


Personnellement, je ne me suis jamais inscrite sur ce genre d'applications. J'ai toujours considéré que je préférais privilégier la rencontre naturelle à ces rencontres virtuelles. Cependant, j'ai déjà rencontré des gens via le biais d'Instagram, mais ce sont des personnes que je connaissais plus ou moins. Soit je les avais croisées à une soirée ou via une connaissance commune ou pour le côté professionnel, soit je les connaissais sur les réseaux sociaux et leur visage ainsi que leur nom m'étaient familiers. 

Les objectifs peuvent être similaires dans l'hypothèse où : 

"Je t'ai croisé à chez un ami, je lui ai demandé qui tu étais et donc je me disais si on pouvait aller prendre un verre ?"

On s'ajoute en tant qu'ami sur Facebook, s'envoie un message instantané et hop, l'affaire est jouée. Mais je trouve que c'est toujours plus rassurant que les sites de rencontres.  Parce que sur les appli', finalement, on ne sait pas ce qu'il y a dans le Kinder Surprise. Peut-être rien ou peut-être le jackpot ? 

Il y a des couples qui se sont rencontrés via ces applications et qui sont très heureux. Mais 38% ne l'utilisent que pour le sexe comme s'ils mangeait un Wrap fromage de chez Macdo et que dans 3 heures, c'était plié. Le problème, c'est qu'il y a une véritable démocratisation du sexe, de l'amour et de la rencontre en général et cela change la construction de nos relations. 

La citation : 

✨ "Une de perdues, dix de retrouvées" 🌈


...n'a jamais été aussi parfaite pour illustrer ce phénomène. Ce ne sont pas les propositions qui manquent, c'est peut-être le manque de sentiments

Même si, il est vrai que les sites favorisent la rencontre avec des personnes que l'on aurait jamais côtoyé auparavant et qui sont aux antipodes de nos idéaux, cela reste tendancieux lorsqu'il s'agit d'engagement. Les gens qui ne cherchent que des relations courtes pour s'amuser, ne trouvent pas leur bonheur. Vu que tout est assez fleurissant sur leur feed et qu'en faisant coulisser leur doigt pour "nexter" ou "matcher" avec les profils qui s'étendent à l'infini, la plupart du temps, c'est comme la junk-food. C'est peut-être mauvais pour la santé et sur le long terme, cela peut filer un mauvais coton, mais en revanche, ils s'esclaffent : " qu'est-ce que c'est bon !" 

Et quand il n'y en a plus et bien, il y a en a encore. Et cela devient une addiction jusqu'au jour où les véritables sentiments surgissent et provoquent une sorte d'explosion dans le cerveau. C'est à ce moment-là où vous vous souvenez de cette pote un peu rétro et décalée (voire vieille meuf... à savoir moi) qui vous disait : 

"Mais qu'est-ce que tu vas dire à tes enfants ou petits enfants ? Que tu as rencontré Maman ou Papa sur un truc digital et qu'au départ ce n'était que pour la baise ? Alors que tes arrières-grands parents sont l'incarnation même du romantisme..."

Bien évidemment, je grossis les traits, comme dirait l'autre : " Les belles rencontres se font partout et surtout ailleurs". Oui ailleurs : en voyage, au détour d'une rue, dans une pharmacie, dans les bars... On peut être créatif et s'abandonner à l'amour. Mais à quel prix ? 

🎬



Le film HER de Spike Jonze est une référence concernant l'amour 2.0. Bien que le personnage incarné Joaquin Phoenix soit éperdument de sa nouvelle copine qui n'est autre qu'un ordinateur virtuel avec qui, il passe des moments de couple intenses, ce dernier est trompé. Car Samantha, cette voix intégrée dans son téléphone et incarnée par l'excellente Scarlett Johansson, trompe ouvertement son amoureux avec d'autres hommes et femmes qui sont des utilisateurs comme lui. Comme quoi, même les systèmes d'exploitation sont réduits à être infidèles tout comme l'homme et la femme aiment l'adrénaline et l'amour interdit. Mais peut-être pas tous, loin de là...

Le plus important, c'est d'être maitre ou maitresse de son destin et de le décider. On a le droit de dire "NON" et de ne pas cesser aux caprices du désir par peur d'être rejeté ou de ne plus être désiré. Comme on a le droit de dire "OUI", que tout est okay et que main dans la main, on peut soulever des montagnes. 

Parce qu'au final, qu'importe le moyen ou la situation dans laquelle vous vous rencontrez... Parce qu'avant tout, c'est ça l'amour : ce n'est pas se regarder l'un l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction

🔜

Commentaires

  1. Je ne sais pas si la rencontre naturelle est devenue ringarde mais je pense aussi qu'il y a une notion de "savoir faire". Je lisais une blogueuse il y a quelques temps qui racontait qu'elle était dans un café avec des amis et là un groupe d'hommes entrent et avec l'un d'eux ils se plaisent mutuellement, se regardent avec insistance, etc. mais aucun n'a fait le premier pas et elle expliquait qu'elle s'était retrouvée un peu bête à ne même plus savoir "comment on fait" en vrai pour draguer. La drague, ça s'apprend. Perso, si un mec me drague un jour, je ne saurais peut-être même pas le remarquer x) Je sais pas faire ! J'ai jamais fait. Comme je disais sur le blog, je suis jamais tombée amoureuse, et j'ai pas parlé à beaucoup de garçons : collège, lycée, fac, j'avais des amies !
    Souvent je me dis que je vais devoir finir sur les sites de rencontres. Et en même temps je pense que je vivrais ça comme un échec, la dernière solution...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, mais oui, la drague, ça s'apprend. Comme pour le permis de conduire. On flippe grave au départ, on ne roule pas droit mais on apprend au fur et à mesure du temps. Je suis carrément pour la rencontre dite naturelle et on me traite de has-been pseudo-romantique, mais il y a un truc ultra authentique, je trouve.

      Pour moi, les sites, c'est vraiment un dernier recours et encore, je crois qu'il faudrait que je sois au fond du gouffre et que je ressente un vide abyssal mais en soit, ça ne m'arrivera jamais car je suis contre tout ce système assez capitaliste.

      Donc, pour toi, je ne sais pas ce que tu cherches dans la relation etc (et en plus de ça, la situation actuelle n'est pas propice à la rencontre) mais tu peux déjà y penser. J'ai vu une émission qui passe sur la 2 (Je t'aime etc) qui évoque ce sujet concernant les sites de rencontres, tu peux retrouver ça sur Youtube. :)

      Supprimer
    2. Oh lala j'étais pas venue répondre !
      Oui, c'est comme tu dis, c'est authentique :)

      Moi aussi, ce sera du dernier recours (enfin, dernier recours qui se profile de plus en plus vue que je ne rencontre jamais personne xD). Par contre, je ne vois pas trop le rapport avec le capitalisme...

      Je suis déjà tombée plusieurs fois sur cette émission, elle a l'air pas mal ! Mais ça me complexe trop de la regarder ! Mais je pense que j'y jetterais un œil avant d'aller m'inscrire sur Meetic x)

      Supprimer

Publier un commentaire