/* --- END CSS --- */ -->

Eikomania

Le journal radical qui provoque le débat sur la société + le cinéma, qui se questionne sur le fait d'être acteur de ses propres stories et propose de ne pas être seulement un simple spectateur.

@eikomania.me

The Entertainment System is Down : Vivre sans écran pendant un vol long-courrier, c'est possible ?

@helloitsanha x Eikimoze ⚡️

👾

Ruben Östlund, réalisateur doublement palmé pour The Square et Triangle of Sadness, qui conjugue satire sociale et influenceurs jonglant entre un H&M cheap mais souriant et un Balenciaga luxueux et dépressif sur fond de lutte des classes moderne, il va prochainement récidiver avec un film encore plus fou "The Entertainment System is down". 

Ce film va être inspiré d'une expérience sociale où l'on observe les humains assis sur une chaise et où on leur demande littéralement de s'ennuyer. Selon le réalisateur, la majorité des personnes préfère recevoir une décharge électrique plutôt que d'être plongé dans leurs pensées les plus intimes afin de s'extirper de ce monde plus que réel.


Nos neurones et nos yeux sont pixélisés, pouvons-nous réellement penser par nous-mêmes ? 

Notre cerveau est stimulé en permanence notamment avec les réseaux sociaux et avec ce scrolling plus que maladif, des vidéos circulent en permanence. Bien qu'elles soient courtes, on ne retient que le début de l'information car notre temps est précieux et limité, alors pourquoi s'encombrer le cerveau avec des informations inutiles ? 

Les vidéos de pure player comme Now This New dans les médias ont renforcé cette addiction. On peut véhiculer n'importe quelles fakes news car la consommation de l'information s'est accélérée. Plutôt que de s'informer mieux en prenant le temps, on se laisse happé par le système de Réels propre au zapping TV, assez populaire dans les années 2000, où la télévision avait sa place de leader. 

Au final ? Rien a changé. On n'a juste des appareils plus petits, plus connectés mais imaginez une seule seconde, passer un vol long-courrier sans écran et distraction. 

L'expérience qui va être retranscrite par Ruben Östlund de façon cinématographique va sûrement créer une polémique qui perdurera dans le temps. Il est difficile de rester assis sans prendre son téléphone, ne serait-ce que pour regarder si l'on a une notification, chercher dans ses DM un message qui nous rappelle que l'on a été vivant ou encore voir ses statistiques et son nombre de likes sur un post pour redorer son égo. 

On a longtemps critiquer la culture mais les films tuent le temps. Une large programmation est disponible sur les tablettes implantées dans les sièges des avions et pour faire taire les enfants, le reflex des parents est de les mettre devant un film. 

Dimanche soir, quand le hashtag #instadown a été en top Tweet et que plus personne n'y avait accès, beaucoup d'entres nous on rafraîchit leur page, fermé puis réouvert leur application pour finalement s'apercevoir que c'était l'application qui avait crashé et que ce n'est pas grave de ne pas avoir de notifications pendant + de 12 heures. 

Mais au lieu de déconstruire et de dédramatiser, les gens pensent beaucoup trop. Les réseaux sociaux étant le reflet d'une société où les propos sont amplifiés ont des répercussions dévastatrices sur la santé mentale. S'ennuyer rend fou. Comme au travail, l'ennui peut engendrer un burn-out.




Un vol long-courrier sans écran peut révéler la vraie nature des gens. 

Quand on est coupés de toutes informations, qu'on est obligés de se contenter de vivre dans le moment présent avec des personnes que l'on ne connaît pas car l'extension numérique de nous-mêmes n'est plus apte à être un échappatoire et une fenêtre tournée vers un monde médiatique erroné. 

Imaginez cette expérience. Supporter le combo enfants-parents, ses propres pensées et faire face à ses problèmes et convictions profondes qui peuvent s'avérer néfastes sur l'humeur. Les écrans créent des enfants sauvages selon Radio France et il n'y a pas que les mômes qui deviennent incontrôlables. 

Comme un shoot de nicotine, l'écran et les contenus sont des drogues à part entière. Comme la cigarette, manger des vidéos à la seconde ne nous rend pas plus intelligents mais au contraire, on devient plus bêtes car l'opinion se cristallise et s'uniformise malgré nous. 

Supporter les autres, c'est aussi savoir vivre en communauté. 

Imaginez-vous vivre cette expérience :

- Supporter le combo enfants-parents
- Faire face ses propres pensées et à ses problèmes et convictions profondes
- Partager le même rang que les autres 
- Ne pas encastrer les gens qui donnent des coups de pieds dans notre siège
- Gueuler sur les autres qui vont trop souvent aux toilettes
- Ne pas manger à sa faim et surtout dévorer des plats au goût pas terrible 
- Entendre les ronflements des humains et leurs désirs cachés

Et tout ça, sans écran, sans écouteur pour masquer les problèmes et gémissements des uns et des autres. Mais c'est aussi une expérience qui permet de vivre sans téléphone, sans application et de se recentrer sur ce qui est vraiment important pour nous. Comme dirait l'autre, ici de façon ironique : "Think different" car l'ennui permet d'être productif ! 

🛬

Commentaires