/* --- END CSS --- */ -->

Eikomania

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Mustang au triple galop et sa fougue magistrale.

@eikomania.me x @helloitsanha

🎠
En 2015 est apparu un OVNI cinĂ©matographique au sein de l’industrie du cinĂ©ma Français. « Mustang », le premier long mĂ©trage rĂ©alisĂ© par Deniz Gamze ErgĂŒven, est apparu dans le paysage du cinĂ©ma français et a bousculĂ© les codes de notre cinĂ©ma fortement enracinĂ© et codifiĂ©.

Fort de cette expĂ©rience cinĂ©matographique Ă  la production dĂ©sastreuse, ce film n’aurait pas vu le jour si la rĂ©alisatrice n’avait pas cru en ce projet et en franchissant les Ă©tapes au galop comme son Mustang qui fĂ»t une rĂ©elle course contre la montre pour que ce premier enfant naisse et parcourt la Quinzaine des RĂ©alisateurs Ă  Cannes en 2015 avant d’envahir et de toucher la planĂšte entiĂšre.

🐎

Un Virgin Suicides turc acclamĂ© par la presse. 

Souvent comparĂ© Ă  l’Ɠuvre d’une certaine Sofia Coppola, ce « Virgin Suicides » turc offre un vĂ©ritable souffle de libertĂ© dans le cinĂ©ma et notamment lors du Festival de Cannes 2015. Brossant le portrait de 5 sƓurs qui sont privĂ©es de libertĂ©, vampirisĂ©es par leur oncle aux tendances malsaines et abusives, Deniz Gamze ErgĂŒven expose le patriarcat turc et la SociĂ©tĂ© dans laquelle une gĂ©nĂ©ration de femmes Ă©volue au sein d’une Turquie de plus en plus controversĂ©e.

Ces jeunes filles voulant assumer les corps, les premiers amours et leurs dĂ©sirs sont malheureusement interdites de vivre leur jeunesse Ă  temps plein. La camĂ©ra de David Chizallet, le directeur de la photo, tangue vers l’inconnu et arbore ces jeunes corps recouverts d’un vĂȘtement, imposĂ© par leur famille, couleur « merde » comme dirait la cadette de la fratrie.

PrĂȘtes Ă  ĂȘtre mariĂ©es de force Ă  des hommes de bonne famille, ces jeunes adolescentes plutĂŽt rebelles vont devoir assumer le choix de leur oncle pour perpĂ©tuer ce rituel affligeant.

🎬


Une bouteille Ă  la mer qui fait galoper le monde entier. 

AbordĂ© comme un conte, Mustang flirte entre le drame et la comĂ©die. Sur un ton dĂ©calĂ© et sur une bande son originale plutĂŽt enivrante, la jeune LalĂ© se rebelle contre le systĂšme pour rejoindre Istanbul afin d’envisager une vie meilleure. Selon moi, Ă©lu par les coeurs battants, "meilleur premier film de 2015", Mustang fĂ»t une rĂ©vĂ©lation et un choc Ă©motionnel d’une puretĂ© rare dans un cinĂ©ma français controversĂ© Ă  l’image qu’expose Deniz G. ErgĂŒven dans son film.

D’une part, Mustang, ce cheval au triple galop, reflĂšte cette SociĂ©tĂ© en gĂ©nĂ©ral, ses limites et ses stĂ©rĂ©otypes qu’elle attribue aux femmes et d’autre part, ce film au lyrisme envoĂ»tant propose une solution radicale : aller vers un autre Monde pour envisager le bonheur au sein de ce Monde difficile oĂč la libertĂ© d’expression, d’aimer reste incertain...

đŸŽ„

Les fantĂŽmes du patriarcat moderne vu par une rĂ©alisatrice aux idĂ©es progressistes. 

De plus, Deniz G. ErgĂŒven utilise ses plans pour montrer les magnifiques paysages du petit village de la Turquie qui s’Ă©tendent Ă  perte vue. Elle expose ce paradoxe en filmant la maison aux barreaux dorĂ©s qui, petit Ă  petit, se vide de sa substance pour laisser Ă  un tableau morbide aux allures de cimetiĂšre oĂč les fantĂŽmes de filles dansent et se lamentent en criant leur libertĂ© avortĂ©e.

Pour conclure, Mustang fĂ»t pour ma part, une rĂ©vĂ©lation et donne naissance Ă  un angle diffĂ©rent sur des sentiments et principes nobles : l’amour, la solidaritĂ© et la libertĂ© en dĂ©couvrant le certain regard d’une cinĂ©aste engagĂ©e sur une SociĂ©tĂ© Ă©trangĂšre mais qui, de fait, ressemble de prĂšs comme de loin, Ă  la NĂŽtre.

🌙

Commentaires