Anha S.L

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Le first kiss : pourquoi ce moment est-il si redouté ?

@eikomania.me x Anha S.L


💋

Le premier baiser fait partie des premières fois où l'on ressent des émotions fortes : peur, angoisse, excitation... Bien qu'il soit banalisé, il est déterminant dans nos relations amicales (+ "with benefits") ou amoureuses. Que ce soit pour un soir ou pour la vie, c'est bien la première chose que l'on nous montre lorsque l'on est jeune.

Le "first kiss" symbolise l'engagement. Il a l'odeur de l'amour et sent la rose ou la chips au fromage selon l'haleine du partenaire. On découvre cette sensation que l'on nous a tant vanté auparavant et soit on recommence, soit on arrête tout.

Smack, baiser volé, french kiss... il en existe pour tous les goûts et on peut le conjuguer au passé comme au présent et au futur. Même si parfois ce n'est qu'une douce empreinte qui appartient au passé, certains se languissent de pouvoir goûter aux lèvres de leur âme soeur qu'ils idéalisent.  Mais beaucoup d'entre nous paniquent rien qu'à l'idée de claquer une bise à son crush lors du premier rencard. 

C'est chimique, c'est censé être cosmique. Cependant si l'on appréhende, c'est que l'on a souvent entendu des idées reçus à propos de ce kiss qui est le point de départ d'une relation et qui marque une longue vie amoureuse. Alors, existe-t-il plusieurs techniques pour enfin pratiquer ce que l'on a tant "zieuté" sur le web et dans les films ? Mini brief en 5 points en fonction des âges et des périodes de la vie. 


💋1. 6-9 ans : Le doux bisou furtif issu des contes Grimmesque.

Quand on est de jeunes padawans, on rêve forcément de reproduire ce que font nos héros/héroïnes de dessins animés-manga favoris. Schématiquement parlant, c'est tout à fait normal d'avoir ce mimétisme. On est souvent amené à embrasser furtivement un.e camarade de classe juste pour "tester" mais sans trop d'engagement, non plus. 

À cet âge là, cela se résume par un bisou, oubliable, sans lendemain, sans prise de tête surtout et qui est rarement déterminant pour notre vie de pré-adolescent/adolescent. Inconsciemment, ce baiser est innocent, sans arrière pensée.

C'est à partir de notre première décennie que les choses se corsent et se compliquent. Loin de la magie des contes de fées, plus on grandit, plus cette petite étincelle s'éteint. Elle change de couleur et d'objectif. Bien souvent, le bisou adolescent est déterminant dans nos choix futurs mais il est influencé par la pop-culture, les photographies assez sexualisées, les films érotiques, les musiques qui parlent d'amour et de tromperie... C'est un tout, qui nous fait stresser et parfois perdre nos moyens. Goodbye, childhood ! 


💋2. 11-15 ans : suivre à la lettre l'effet "Machine à laver" n'est pas toujours une super idée. 

On a sûrement du vous dire qu'il fallait "frencher" votre crush assez langoureusement pour ajouter de la sensualité afin de marquer d'une pierre blanche ce premier baiser. Alors qu'en réalité, non. "Rouler une pelle" – dans le jargon des aficionados de l'amour – quand on est novice, que le moment ne s'y prête pas et que le.a partenaire n'y est pas forcément adepte, ça sent le flop total. Mais quand on est adolescent, on fantasme plus sur cette fameuse pelle que sur le râteau que l'on peut se prendre en pleine tête. 

Les séries et surtout dans les années 2000, les téléfilms comme les Frères Scott, Friends ou 7 à la maison, mettent sur le devant de la scène, les relations conjugales, extra-conjugales et adolescentes. On s'identifie au moins à l'un de ces personnages et on fantasme rien qu'à l'idée de vivre une love story avec des péripéties rocambolesques. 

On pense grand, on voit grand et on veut avoir les yeux plus gros que le ventre. L'hypersexualisation est ancrée dès notre plus jeune âge. Quand on franchit le cap du premier baiser, les cotillons sont de sortie. Les collègues du collège/lycée se sentaient déjà adultes bien avant l'heure. Mais souvent, ils étaient bien déçus. Ils s'imaginaient s'embrasser sous une plus battante comme Kirsten Dust et Tobey Macguire dans Spiderman

Il ne faut pas trop rêver... Le premier baiser, c'est loin d'être comme dans la fiction. C'est plus cru et parfois, c'est bien mieux que de faire un FaceTime fantasmé en se faisant des films quasi-réalisables, seul.e tous les soirs. Take it easy ! 

🎬

💋3. 16-18 ans : Le vrai kiss qui marque pour la vie.

Dans cet entre deux âges, il est vrai ce "kiss" est plus qu'important. Je me souviens qu'au lycée, il marquait le début de la vie "d'adulte" tout comme une première relation sexuelle. Il y a une pression sociale qui est assez dense. Certain.e.s de nos camarades ont déjà franchi le pas. Aux USA, c'est comme au base-ball, il y a des "bases" ou étapes : 

🎶 1st base : le bisou soft.

✨2nd base : un rapprochement physique un peu plus avancé (toujours par dessus les fringues, n'est-ce pas).

💋3rd base : les préliminaires après des semaines d'attente.

🔥4th base : on franchit le cap "hook up" et c'est le début des ennuis ou d'une belle histoire.

Généralement, les ados américains sont un peu différents des francophones. Ils donnent une certaine importance au premier rencard. On s'invite au resto, on va au cinéma et on finit la soirée à se balader dans un parc. En France, ça pourrait être le même bail. Mais en repensant à mes vagues souvenirs et aux histoires racontées par les copines de l'époque, c'était plus "hot" et direct. 

Pas étonnant que le french kiss a une réputation assez sulfureuse qui traverse les océans. Parlez avec un américain de ce fameux baiser "machine à laver", et il vous demandera sûrement un tutoriel. 

Quoiqu'il en soit, au lycée comme au début des études universitaires, pour ma part, ce sont vraiment les premiers échanges salivaires intéressants. 

💋4. 20-24 ans : Le décisif, le banal et l'oubliable.

Les sites de rencontres n'ont fait qu'accélérer la consommation d'un amour éphémère et donc assez oubliable. Dans le monde d'avant, on allait faire la tournée des bars, trainer dans les appart' étriqués des uns et des autres et tout était fait pour que les rencontres s'entrechoquent. 

Il y a des premiers baisers qui marquent, qui font éclore des fourmis puis germer des papillons dans le ventre et dans les tripes. Mais beaucoup de personnes n'ont plus cette peur d'embrasser pour la première fois. Ils ne se posent pas de questions et se disent intérieurement : 

" On verra ce qu'il se passe "


Cette excitation devient banale et la magie de ce premier first kiss a disparu. Métaphoriquement, quand on goûte à plusieurs saveurs pour la première fois, les mets se mélangent et parfois deviennent indigestes. J'ai des amis qui ont enchainé des soirées avec des one-shots et ont finalement peu profité du goût des lèvres de leur partenaire. Mais advienne que pourra, chaque période de la vie offre des premières fois que l'on soit novices ou expérimentés. Comme à chaque tranche d'âge et décennie, une nouvelle bande son se glisse dans notre quotidien et ce n'est pas plus mal comme ça au lieu d'entendre la même ritournelle. 

💋


💋5. 25-30 ans & vers l'infini et l'au delà: Le premier baiser, c'est toujours une explosion de saveurs. 

Au final, on s'en fiche ! Premier, deuxième, troisième fois que l'on se jette à l'eau pour ce moment instantané, flippant et terriblement exaltant. 

Quand on atteint le quart de siècle, on commence à se poser des questions sur son engagement et parfois, malgré les expériences acquises au fur et à mesure des années, on peut rétrograder. C'est à dire : douter, redevenir des néophytes du french kiss et de la drague et paniquer quand l'heure des au revoirs est arrivée. 

À n'importe quel âge, on perd nos moyens puisque lorsque l'on est avec quelqu'un qui nous plaît, lorsque le moment fatidique sonne la cloche du désir et que les nombreux papillons qui résident dans notre ventre ne demandent qu'à s'envoler, on ne peut que s'avancer vers notre crush et basculer dans un monde parallèle. 

Au final, la performance ne compte pas. Ce qu'on retient, c'est plus l'instant et l'explosion chimique due aux hormones du désir qui se déroule dans notre cerveau au moment où le "peau-contre-peau" signe le début d'un instant unique et fatidique. Une confiance en soi grandit. Et pour tous ceux.lles qui n'ont pas encore connu cette sensation, je n'ai qu'un unique mot  : "indescriptible".

Et malheureusement, bien que l'on ait de l'expérience ou non, à chaque fois, c'est la même histoire et le moment est plus que flippant. Foutu first kiss...


♥️

Commentaires

  1. Ben, tu seras pas surprise d'apprendre que du haut de mes presque 25 ans je n'ai jamais embrassé personne. Ah si ! Un smack à ma sœur, sous l'eau de la piscine, quand on était gamines. Je sais pas si on peut vraiment dire que ça compte x) En tout cas, pas de baiser amoureux sous les radars... c'est pas vraiment quelque chose qui m'inquiète, je crois... Je crois, seulement xP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiète, il n'y a pas d'âge pour connaitre un premier french kiss ! :) c'est comme pour passer le permis, no pressure ! Ça viendra... quand ça viendra et quand tu en auras envie. Il faut le vouloir et le sentir ! :)

      Supprimer
    2. Ah mais le pire c'est que je parle pas que du "french kiss", je parle de tous les bisous niark niark :P

      Supprimer

Publier un commentaire