Anha S.L

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Mères Toxiques : Comment se libérer de ces vampires du coeur ?

@eikomania.me x Anha S.L


🌹


Les mères sont censées être nos confidentes, nos meilleures amies et notre relation avec ces modèles au féminins doit être fusionnelle. Sauf que parfois, il arrive que ces dernières, un brin idéalisée par une société ultra-normée et manichéenne,  soient nos pires ennemies. 

Et bien souvent, on blâme les enfants de ne pas être respectueux envers leurs ainés. On leur crache à la gueule en les regardant de haut, tout ça parce que ces derniers ont plus d'expérience dans la vie et qu'ils la connaissent mieux. Néanmoins, on peut avoir 70 ans d'existence sur cette Terre et être plongé dans une sombre médiocrité tant intellectuelle, qu'humaine.

Les maternelles toxiques sont plus nombreuses qu'on ne le pense. Entre dénigrement de son enfant, jalousie, dévalorisation et parfois perversion narcissique, on ne sait plus trop quoi en penser, notamment lorsque l'on arrive à un âge où l'on se dit que ce que l'on vit n'est pas normal. 

Enfants, on devrait être aimé, choyé et encouragé dans nos rêves et nos aspirations. Ici, c'est le néant, le vide le plus total. Sûrement à cause d'un égoïsme immense, d'une remise en question inexistante et d'un dialogue qui s'éteint aussi vite qu'une cigarette sous une pluie torrentielle. Mais qu'importe, ici, vous valez mieux que des remarques blessantes qui vous piquent le coeur. Même si les épines s'enfoncent au fur et à mesure du temps, en aucun cas, il ne faut sombrer dans la folie, la délinquance ou toutes autres dérives atroces. Votre bourreau maternelle gagnerait à coup sûr et vous confirmerez ses propos (infondés).

Se punir à cause de la toxicité d'une mère, c'est avant tout son but. Que les mots déversés sur votre visage vous atteignent et que ces derniers pénètrent jusqu'au fond de votre âme. Encore une fois, vous valez plus qu'une étiquette posée sur votre front bouillant. Car dans ces cas-là, il est nécessaire de se détacher de tout ça, de cet environnement malsain et de couper les ponts. C'est plus facile à dire qu'à faire, n'est-ce pas ? Sûrement. Mais c'est possible d'agir avant qu'il ne soit trop tard, sinon, une carapace en béton armé sera nécessaire pour affronter tout ce déluge de mots (maux) tendrement mesquins et destructeurs. Alors que faire et comment prendre le large ? Je réponds à ces interrogations à travers ma propre expérience. 


💔

Ne jamais être à la hauteur, ni à son image : On se sent nul(le)s tout le temps!

Généralement, ces mères ne veulent pas faire le bien autour d'elles. Elles font une sorte de transfert sur leur enfant. Les filles sont plus touchées car ces dernières leur font de l'ombre. Une concurrence malsaine s'installe et c'est là où tout s'envenime. 

Quand je suis devenue adolescente et que mon corps était en pleine mutation, j'ai eu le droit à énormément de reproches mais aussi, lorsque j'étais une enfant au caractère assez introverti : 

🗯"Dis bonjour correctement et un peu plus fort !"
🗯"Qu'est-ce que t'es moche habillée comme ça !" 
🗯"T'es pas normale !"
🗯"Tu ne changeras jamais !"
🗯"Tu ne peux pas être comme les autres !"

Stop ! On arrête de se comparer aux autres justement parce que la plupart du temps, cela nous rend plus que malheureux. Il est important de se forger une identité singulière, qui est propre à nous, à nos convictions/aspirations et nos envies. En aucun cas, nous devons être la copie-carbone de sa mère ou alors de son père. Parce que oui, malheureusement, les pères toxiques existent. Il n'y a pas que les mères. Cependant, je pense que les relations fille-père et fille-mère sont totalement différentes. On note qu'Hervé Bazin a fait une satire aiguisée largement autobiographique sur sa relation avec sa mère. Son personnage de fiction l'appelle communément "Vipère Au Poing". 

On ne doit pas être les marionnettes de ses parents, sinon, il y a comme un problème. Les parents "chiants" sont aptes à dialoguer et en réalité, ce sont juste des gens qui s'inquiètent pour nous et qui parfois, balancent des paroles maladroites, mais qui dans le fond, sont assez bienveillants. 

Les mères toxiques ne s'excusent jamais. Elles ne disent jamais pardon, n'essayent pas de communiquer, se braquent automatiquement et se victimisent pour se donner bonne conscience. Et ça, ce n'est pas normal. Notamment lorsque nous sommes enfants où nous devons discerner ce qui est bien ou mal. Ici, me concernant, ma mère est une éternelle adolescente qui rejettent ses frustrations sur ma personne. 

Tout le monde du côté de sa famille était au courant de l'enfer que je vivais mais personne n'a rien fait. Quand je dis personne, c'est personne. C'est être livré à soi-même et se démerder avec ce qu'on reçoit que ce soit des gifles, des mots, des humiliations ou d'autres injustices. 

Ne pas aimer sa mère quand on est enfant ou même à l'heure actuelle est plus que mal vu par la société. Pourtant, si vous saviez combien d'êtres humains souffrent à cause de leur maternelle qui est censée être bienveillante et protectrice ? Combien de fois aurais-je aimé partager ce que j'ai pu apprendre à l'école,  un film au cinéma, mes photos de voyages, avec etc ? Ou encore avoir des souvenirs, une relation fusionnelle, vraiment saine et tout simplement normale

On doit aimer sa mère, oui. Mais pas à n'importe quel prix ! De mon enfance jusqu'à ma vie d'adulte, j'ai été pointée du doigt comme étant la "mauvaise", "l'étrangère", la "fille indigne et insultante". Il est vrai que l'on en est venu aux mains (et ça, c'est un véritable jeu de vilain), mais je tenais à rétablir la vérité. Une vérité que tout le monde a vue mais manifestement chacun de "mes proches" (je mets des guillemets parce qu'au final, j'en ai conclu que l'on n'est riches que de ses amis), a mis des oeillères pour ne pas voir l'horreur. 

On peut être fouetté à mort à coups de mots ou de poings, personne ne sera là pour vous aider. Il faut avoir un mental solide, des rêves qui doivent être à portée de mains et ne jamais se décourager. Car, de nature ultra positive (et avec mon côté rêveur), j'ai toujours su qu'un jour la roue tournerait

Un enfant ne peut pas évoluer avec une mère toxique qui est censée être un modèle de vie et qui doit l'accompagner dans les pires comme dans les bons moments. On ne peut pas évoluer correctement avec cette peur de ne jamais être à la hauteur. Un jour, on s'aperçoit que l'on a des carences affectives et le fait d'être devenu adulte de façon un peu trop prématurée, fait parfois péter les plombs. 

Mais on peut combattre ceci avec les bonnes personnes, les belles rencontres et partir le plus loin possible sans jamais attendre quelque chose en retour. 

🎬


🌟


Se détacher de son emprise : Partir, fuir et ne jamais revenir. 

Comme les Pervers Narcissiques, le seul moyen de se reconstruire, de ne plus avoir peur et de bâtir des projets ainsi que des grandes choses, c'est de partir et ne jamais donner signe de vie. 

Cette méthode est radicale mais dès que la mère toxique voit sa progéniture s'éloigner définitivement, elle n'aurait plus aucune emprise et ne sera plus décisionnaire sur ses choix. 

Par exemple, quand j'ai eu mon concours pour entrer dans mon école de cinéma à Paris et que j'ai lu les résultats devant elle. Sa première réaction était : 

"Tu ne peux pas partir là-bas ! 
Pas à 16 ans ! "

Elle s'est énervée. On s'est incendié et elle est partie furieuse comme si elle avait peur d'être abandonnée, de ne plus avoir de bouc-émissaire sous la main et que je l'oublie définitivement. C'était un matin où je n'avais pas cours et où normalement, c'était censé être l'un des plus beaux jours de ma vie. 

Peut-être qu'il y a eu le sentiment de peur qui l'avait gagnée car voir son môme de 16 ans, partir et s'émanciper, après le bac, c'est très jeune. Mais il y a eu de l'envie, de la jalousie et surtout, elle savait que j'allais couper les ponts. C'est vrai que pendant mes études, je venais rarement la voir et aujourd'hui, il y a un mur de fer entre nous. 

Comme on dit, même s'il y a des excuses tardives et une première discussion construite :


"Même avec la meilleure colle, 
Le vase reste tout de même fissuré."


Hypersensible et rancunière, je ne suis pas prête à pardonner tout ce qu'il s'est passé. Entre son alcoolisme, ses mensonges, son instabilité émotionnel et son immaturité, je ne pense pas que cela soit pardonnable. Plus on attend des excuses, plus on est déçu. Aujourd'hui, je n'attends plus rien, ni même un brin de reconnaissance pour mon travail qu'elle dénigre. 

J'ai remarqué aussi, que lorsque l'on a un père intellectuel, chef d'entreprise qui a réussi sa carrière et qui a des connaissances solides en culture et que d'un autre côté, on a une mère qui n'a pas cette curiosité d'apprentissage, une éducation adéquate (et normale), ni cette réflexion humaine et cette ouverture d'esprit (propre à sa famille que je ne considère pas comme la mienne*.) Du coup, quand deux univers s'opposent que ce soit sur le plan tant intellectuel, professionnel ou humain, on se retrouve perdu. 

NDLR : Je reviendrais sur ce sujet car étant la dernière d'une famille recomposée, ça a toujours été ultra compliqué d'être acceptée. C'est un peu la guerre des clans en plus ou pour imager de façon plus cinématographique ou littéraire, ce sont les Montaigus contre les Capulet, un peu à la Roméo + Juliet mais en beaucoup moins glamour. 

Les familles ne sont pas parfaites, loin de là. Les chef d'oeuvres sont issus des discordes de toute façon. On prône le chaos pour montrer à quel point les humains sont cruels et insensés que ce soit dans leurs actes ou dans leurs paroles. 

Les mères toxiques sont logées à la même enseigne. Ce sont des éternelles adolescentes qui vivent leurs rêves à travers leur fille/fils qui font, malheureusement, office de paillasson émotionnel. Parfois, cela peut se régler à l'amiable, mais d'autres fois, on entend des histoires qui tournent au matricide. Xavier Dolan en a fait un film – J'ai Tué Ma Mère – qui parle de sa relation conflictuelle entre lui et sa maternelle. Bon, il s'est fait pardonner en réalisant le fabuleux Mommy et fait de la figure maternelle, une héroïne à part entière. Comme quoi, parfois, avec un peu de temps, nous pouvons pardonner ces écarts... Même si souvent, "On ne change pas"...

🥀


Elles ne se réjouiront pas de notre réussite, ni de notre épanouissement personnel. Elles critiqueront toujours vos choix, votre mec, vos amis, votre tenue... C'est normal pour elles. Et parfois, même si on a un brin d'empathie envers elles et qu'un temps mort – une sorte de trêve éphémère – peut nous aider à y voir plus clair pour enclencher un quelque pardon (ou pour essayer d'enterrer la hache de guerre), le dicton dit : 

"Chassez le naturel, 
Il revient au galop"

Alors, fuyez, vivez et soyez actrices/acteurs de votre propre destinée, plutôt que d'avoir des bleus au coeur qui vous font souffrit et des paroles qui vampirisent vos aspirations et vos rêves (même si on vous berce avec de belles paroles et que les souvenirs reviennent comme un violent boomerang, vivez votre vie et laissez le passé derrière vous) !

⚡️

Commentaires