Anha S.L

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

À quoi va ressembler l'Amour à la fin de la pandémie ?

@eikomania.me x Anha S.L


🌈

2021 et rien n'a bien changé. On fête l'anniversaire du premier confinement et j'ai l'impression que c'est encore pire qu'avant. Le pire, c'est que l'on s'est habitués à cette situation, à ce mode de vie et à ce nouvel accessoire qui est le masque, l'outil-fashion qui gomme les émotions

Cette pandémie nous empêche de vivre. Les décisions gouvernementales sont encore floues et nos nerfs souffrent jour après jour. Il n'y a plus de salles de spectacle et celles de cinéma connaissent une drôle d'époque. Surtout que c'est là où l'on flirtait, où on donnait un rendez-vous à notre crush et que l'on embrassait pour la première fois l'être tant convoité. Ces salles obscures nous manquent. Les images du long-métrage qui se reflètent sur nos visages enivrés et l'odeur du pop-corn grillé ne sont plus d'actualité. L'amour, pareil. 

D'ailleurs, beaucoup de couples se sont séparés pendant les divers confinements. Les ruptures se sont additionnées et les violences conjugales connaissent une montée en puissance malheureusement. La Covid-19 rebat les cartes de l'amour et les codes du couple. 

Alors, lorsque tout ceci sera fini, à quoi va ressembler l'Amour avec un grand "A" ?  Comment va-t-on faire pour pouvoir aimer à nouveau quand tout ce que nous avons connu sera totalement chamboulé ? Comment faire pour anticiper les codes de l'Amour 2.0 post-Black Mirror ? 

💓

La mutation de l'Amour : Ce que les Millénials connaissent du couple idéal. 


On ne va pas se le cacher. Depuis quelques années, le couple idéal n'existe pas ou plus. Fini les longues relations où l'on devait se marier, élever des gosses et finir avec la même personne tout au long de sa vie, quitte à être malheureux comme les pierres. 

Évidemment, il y a des tromperies, des petits écarts mais en tant que "modèles" sociaux, jouer au Papa et à la Maman parfaits est un rôle à plein temps. On devait éduquer les enfants comme ça. Point à la ligne. Même si on n'aimait plus la personne, on avait signé pour toute la vie. Et puis, à l'époque, ça faisait mauvais genre de quitter l'amour de jeunesse pour une autre âme-soeur. Alors, toute leur vie, il y avait une frustration grandissante. 

Aujourd'hui, on la connait aussi, cette frustration... Mais sous différentes formes. Les enfants qui sont nés dans les années 90, – et pour ma part, je suis vraiment de fin 90-limite des années 2000 – on a connu une véritable (r)évolution : que ce soit technologique, relationnelle et amoureuse. 

Avant, on cachait notre béguin pour notre crush, car on en avait honte. Honte d'aimer un garçon qui ne nous regardait pas. On se disait que c'était l'amour de notre vie alors qu'au final, on ne se souvient même plus de son nom. (Même si parfois, je l'avoue, on s'en souvient et on scrute son profil LinkedIn pour voir ce qu'il est devenu). Enfin bref, nous les jeunes Millénials, nous avions ce schéma et ce dicton de "Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants". On y croyait dur comme fer. Hélas, je pense qu'on est passé bien au-dessus de ces paroles à deux francs six sous. 

Déjà, quand on voit la génération d'après, ces jeunes là – oui, je fais vieille conne à parler comme ça – parlent librement et sans tabou de pansexualité, de personnes non-binaires, bisexuelles... Alors que nous, à notre époque, on ne connaissait pas tout ça. On n'avait même pas le vocabulaire adéquate pour pouvoir définir nos envies et notre orientation sexuelle. 

Limite, on gobait que les garçons naissaient dans les choux et les filles dans les pivoines. C'est tellement étrange de voir ces ados qui s'affichent très jeunes sur les réseaux sociaux et qui font plus vieux que nous. L'amour chez eux, c'est la consommation. Les réseaux, les sites de rencontres, les forums (bon okay, c'est en voie de disparition), favorisent la multiplication des relations amoureuses

"On prend, on jette 
et on recommence"


Ça pourrait être l'une des punchlines de Stromae. D'ailleurs, il a écrit les paroles d'une chanson qui parlent de la place des réseaux sociaux et de la modification de nos relations à cause de ces derniers. Une véritable satire qui nous permet de réfléchir à notre sort et peut-être enclin à créer une sorte d'électro-choc émotionnel. 

Cependant, la norme a disparu depuis des années. On flirte, on s'embrasse, on couche ensemble et on se quitte comme si de rien n'était. C'est ainsi que l'on aime dans les années 2020. 

Tinder et ses matchs en font vibrer plus d'un et d'unes. C'est tellement triste de devoir "nexter" les gens et ne se baser que sur des photos et donc sur des profils virtuels. On n'a plus le temps de creuser et de s'attarder sur une personnalité. Le physique est plus qu'une carte d'identité, c'est le passeport de la baise

Je trouve ça ultra moche de devoir se baser sur un physique et uniquement sur ça. On oublie fréquemment que la véritable rencontre se fait avec le coeur et que même si c'est un pour une histoire de fesses, on le fait avec frénésie, spontanéité...

Mais de toute façon, chaque génération a son lot de problèmes. Et c'est totalement normal. Seulement, la prochaine génération, celle que la Covid-19 touche de plein fouet, va encore remodeler les normes des relations amoureuses. 

Personnellement, la période post-Covid va être une sorte de libération et un grand vent d'amour (charnel) soufflera sur cette planète qui préfère les êtres qui s'embrassent langoureusement plutôt que les combats abusifs. 

💔


⚡️

L'Amour 2.0 : Retour vers les années 70, la puissance du "Peace Flower". 

Nous connaissons l'évolution. Mais comme la mode, les générations et les tendances s'entrechoquent, se bousculent... Et là, après tant de mois de privation, les gens vont se ruer dans les bars, flirter, baiser, s'accoupler et donc avoir des mioches. Préparez-vous car le taux de natalité va exploser entre 2022 et 2030 ! Au vu de ce qui se passe et les ressources naturelles qui s'effritent et fondent comme la banquise, mieux vaut se protéger, n'est-ce pas ? On ne le répètera pas assez, d'ailleurs. 

La sexualité débridé, les relations libres, les orgies... Oui, il y aura une belle orgie d'amour, de tendresse et de sexe en tout genre. Mais c'est totalement naturel et normal. D'ailleurs, qu'est-ce la normalité ? Être comptable dans un bureau pour s'acheter des merdes promues sur la publicité aguicheuse collée sur un billboard et partir à Palavas-Les-Flots Bleus pour 15 jours avant de retrouver tes collègues que tu ne peux pas saquer ? 

Non. La vie, ce n'est pas un long fleuve tranquille et encore un moins un mode d'emploi qu'il faut suivre à la lettre. Par contre, suivre ses rêves, ses désirs et ses envies, c'est dix fois mieux. Voire mille fois mieux car au moins, tu pourras faire un gentil "fuck" à tous ceux qui ont essayé de t'empêcher de réaliser tes rêves. 

Pour en revenir à cette sexualité et ces amours ultra hot, je pense que le couple ne va pas exister pendant un long moment. Les gens en ont marre, ont chaud et ont faim. Comme des mammifères, ils ont besoin d'aimer et de se sentir. Sentir les corps se mélanger entre eux, les langues baveuses se coller et se dire "je t'aime". Ces trois petits si tabous qu'aujourd'hui, en fait, nous voulons les dire à haute voix. 

On aime l'amour et tout ce qui va avec. Et puis, ceux et celles qui sont dans mon cas, nous avons besoin de voir notre amoureux. De "dater" comme auparavant. Nous ne nous rendions pas compte à quel point nous avions de la chance de pouvoir sortir boire un verre, danser jusqu'au bout de la nuit dans des club-électro où tout le monde flirtait et de finir la soirée chez notre crush. La walk of shame nous manquerait presque...

Quand on dit que l'on se voit dans 6 mois, ça nous parait à la fois long mais terriblement court. On s'est habitués à ce rythme et c'est super triste. La vie est plus que courte quand on y pense. Pourquoi avant, on n'hésitait pas à prendre le premier train pour rejoindre cet amour là ? Pourquoi avant, on ne se contentait pas de simples textos (érotiques ou pas) et qu'on fonçait tête baissée vers l'amour ? Pourquoi dans le monde d'avant, on n'hésitait plus à s'aimer ? Pourquoi les femmes qui draguaient, étaient considérées comme de véritables allumeuses alors que les hommes avaient le droit à une ovation quand leur tableau de chasse était bien rempli ? Plein de questions restent en suspens. L'amour, c'est décidément compliqué... 💔

Je ne sais pas si cette situation va perdurer, et encore moins si l'on va rester bloqué sur nos portables alors que le soleil brille dehors et que les oiseaux n'hésitent pas à chanter un hymne à la digression. 

En bref, ces deux solutions nous paralysent et vont modifier nos comportements. Il n'y aura peut-être pas de juste milieu. Mais aujourd'hui, tout passe par des appli et un écran alors quand est-ce que l'on va traverser cet écran de verre OLED pour rejoindre la moitié de notre coeur ? Mystère et boule de gomme...

🎥

Commentaires