Anha

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Oscar Allizard : Comédien amoureux des bons dialogues.

@eikomania.me x Anha S.L


Connu pour avoir fait la web-série "FODEL" avec son acolyte et partenaire de tueries à gages fictives, Fabian Hellou, Oscar Allizard, jeune comédien aux airs de geek et de rêveur affirmé, revient sur ses aspirations à travers cette interview basée sur ses passions et son envie dévorante pour la comédie et Alexandre Astier, créateur du cultissime Kaamelott. 

🍿


Comment as-tu su que tu voulais devenir comédien ? 

Je devais être en troisième ou en en seconde en 2009/2010, à 16/17 ans, à la sortie de The Dark Knight et avec mon meilleur ami qui est comédien professionnel, on est ressortis subjugués par la performance d'Heath Ledger. Au départ, je voulais être en édition, être en librairie de bandes dessinées, mais je savais pas trop. Ça m'intéressait mais y'avait pas la flamme ! On est allés voir ce film là et ça a commencé à me trotter dans l'esprit et ensuite avec l'Atelier Théâtre amateur dans lequel je jouais, on a monté Caligula de Camus et j'ai eu un rôle titre pour un des actes. 

Donc j'ai commencé à bosser ce rôle là très sérieusement, j'étais un adolescent. Bosser sérieusement ne faisait pas partie de mon vocabulaire mais on avait fait la représentation en fin d'année. Beaucoup de gens venaient me féliciter après la pièce et là, c'était particulier car je m'étais beaucoup investi dedans. Et un gamin est venu me voir en me disant qu'il voulait faire comme moi etc. Donc, ça nourrit l'orgueil mais j'avais trouvé un domaine dans lequel j'étais bon. 

Je viens d'une famille nombreuse donc on fait tout pour attirer l'attention, particulièrement lorsque l'on est le dernier, parce que les frères et soeurs ont déjà tout fait avant lui donc j'avais trouvé un truc dans lequel j'étais bon. De plus, mes meilleurs amis faisaient la même chose que moi et on s'amusait comme dans fous. 


Quel est ton principal trait de caractère ? 

Flemmard ! Énorme flemmard, je pense. Joyeux aussi. Et gourmand. 


Ton défaut qui te permet d'accomplir de grandes choses ? 

Encore une fois flemmard. Il me faut une dead line pour travailler sinon j'ai beaucoup de mal à m'y mettre. Ça cogite dans la caboche mais pour mes prochains projets, je me force à avoir une dead line pour pouvoir avancer. 

J'ai écrit une pièce "Charlotte, l'histoire d'une petite pomme" que j'ai montée. J'ai constitué l'équipe et je joue dedans, mais ce n'est pas moi le metteur en scène. C'était une commande et grâce à ça, à cette deadline, j'ai pu vraiment bosser dedans sans forcément m'arrêter.  J'écrivais tous les jours. En fait, j'écrivais deux trois bonnes heures et la plupart du temps, je réfléchissais. 

J'ai été focus dessus pendant plusieurs mois. Donc Flemmard, c'est un défaut qui m'aide malgré tout. Car une fois au pied du mur, je donne tout

Un film dans lequel tu aurais aimé jouer ? 

*Hésitant, Oscar regarde les DVDs de sa vidéothèque avec attention et s'esclaffe* :  

"Once Upon a Time In Hollywood" ! J'aurais adoré jouer dedans ! Pour moi, c'est un chef d'oeuvre et le meilleur film de Tarantino.

Les Héros de ta jeunesse ? 

Tarantino du coup. C'est cliché mais lui et Alexandre Astier. Je suis comédien à la base et j'essaye d'être auteur. J'ai déjà réalisé deux petits courts-métrages et je tente de me mettre plus là dessus. 

Ce sont des gens qui m'ont inspiré. Déjà, Astier, parce que le mec est comédien, scénariste, réalisateur et dialoguiste. Et Tarantino aussi est dialoguiste. C'est ce qui m'a amené à écrire des dialogues pour jouer mes propres histoires. C'est peut-être égoïste mais je cherche le kiffe ultime.

Et puis, je suis fan des bons dialogues. J'essaye d'écrire des dialogues plaisants à lire et à jouer. Ces deux mecs là m'inspiraient et m'inspirent énormément. Parfois, je me refais leurs oeuvres. 

Il n'y a pas meilleur scénariste qu'Astier en France. Il y a Blier, ça défonce mais c'est pas aussi populaire ou facile à rentrer dedans.

@eikomania.me x Anha S.L



Une rencontre qui a changé ta vie ? 

Mon meilleur ami, c'est un mec que j'ai rencontré en sixième et aujourd'hui, on fait le même métier. On ne se voit pas autant lorsqu'on était au collège. Mais il a participé à ma pièce et j'espère qu'on collabora sur d'autres trucs. Ce sont des rencontres comme ça. 

"Et des rencontres plus récentes. Des gens qui deviennent des amis et 
avec qui j'ai envie de travailler. Car, ils m'inspirent."

Ma famille et mes amis sont des gens qui m'inspirent plus que des héros que je ne connais pas. Ils m'inspirent moins qu'eux. 


La bande son qui résume en quelques minutes ta vie ou l'album, la chanson qui rythme tes nuits ? 

L'artiste auquel je m'identifie le plus, c'est Orelsan. Choix extrêmement cliché mais il fait des trucs excellents. Même milieu social, même milieu géographique en plus, il vient de Normandie, je viens de Normandie. J'ai fait mes études à Caen, lui aussi. 

Quand il raconte ses histoires, je ne me vois pas moi, mais j'ai l'impression que je vois l'histoire de mes grands frères et soeurs, quand on était plus jeunes. 

Je me sens extrêmement proches de lui, et ses sons m'ont touché comme "La peur de l'Échec" sur son premier album qui est magnifique. Je me reconnais dedans. Des mecs qui ont des rêves plein la tête mais qui sont assez flemmards et qui devraient se bouger pour les réaliser, ça rejoint ce que j'ai dit plus tôt. 

Donc je vais dire, l'album "Le chant des Sirènes" qui résumerait ma vie. 

Avec qui aimerais-tu tourner ou partager l'affiche ? 

Je parlerais de Tarantino et d'Astier, ça serait énorme de tourner pour eux. Mais Klapisch, j'adorerai tourner pour Klapisch, je suis fan. Ou Alain Chabat, j'adorerai bien sûr. 

Aux États-Unis, Edgar Wright, Simon Pegg, ce sont des héros aussi pour moi. 

Ta routine pendant le confinement ? 

Pendant le premier, c'était faire la fête. Pour celui-là, j'avais l'impression d'être dans un Jour Sans Fin avec Bill Murray sauf que lui apprend à faire du piano. Tandis que moi, je montais mes niveaux sur Call of Duty. Je faisais des journées de 7/8 heures. Ou sinon, je faisais du vélo d'appartement parce que j'avais pas mal grossi pendant le premier confinement donc j'ai essayé de maigrir en faisant du vélo pendant 7 à 9 heures devant la série Buffy contre les Vampires, ça défonce cette série. 

Cinéma ou Théâtre ? 

Je ne choisirai pas désolé. En tant que spectateur, cinéma et séries télé. Mais en tant que comédien et auteur, les deux sont sur un pied d'égalité. 

Tes projets à venir ? 

Ma pièce de théâtre "Charlotte, l'histoire d'une petite pomme", je vais essayer de la faire tourner. On l'a déjà jouée deux fois avant le confinement. Il va falloir qu'on cherche des dates et des salles et donc l'améliorer en résidence. 

J'ai une résidence ciné qui est prévue. Je serai à la montagne avec deux copains avec qui on avait créé une web-série quand on était plus jeunes, "Foldel, 33 45 12", c'était des fausses pubs d'une entreprise de tueurs à gages. Et on n'avait pas tourné tous les trois depuis longtemps. On a saisit au vol l'offre de cette résidence et donc on y va. On va écrire un peu et tourner un film sans trop de thune et de prétention. On va le faire le mieux possible malgré nos maigres moyens. Et on verra ce que ça donne. Soit ça sera pour le kiffe et on le mettra sur Internet, soit si on est contents du résultat, on l'enverra dans des festivals. On est parti pour faire du kiffe et pour créer entre copains. 

Sinon avec l'un de ces deux copains là, on réfléchit à écrire une petite pièce de théâtre avec deux ou trois acteurs. On va chercher des lieux de résidence et on va commencer à créer ça. On a hâte. 

Une devise survitaminée pour les lecteurs ? 

C'est con mais Carpe Diem ! J'en ai pas d'autres. Clichée mais efficace. 

🩸

Commentaires