Anha S.L

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Être Artiste : Pas un Vrai Boulot.

@eikomania.me x Anha S.L


Mais trouve-toi un VRAI boulot ! 

Qu'est-ce que j'ai pu entendre cette phrase ! C'est atroce de se dire que les jeunes sont vraiment la cible de brimades ou de préjugés. Ceux qui sont dans la branche artistique sont victimes de ces piques assassines. Il n'y a pas qu'eux, évidemment, mais le commun des mortels considèrent que ceux qui font de la chanson, du cinéma, de la peinture, de l'humour etc sont des guignols qui vivent d'amour et d'eau fraîches. Alors que NON.

Être artiste, c'est un VRAI métier avec des vraies contraintes et des horaires à n'en plus finir. On ne compte même plus nos heures pour pouvoir finir notre boulot et même à 4 heures du matin, on doit enquiller pour enchainer un autre projet et ainsi de suite. 

Quand on voit les personnes qui méprisent les intermittents du spectacle et qui militent pour supprimer leurs droits, on se demande si le monde tourne correctement. Alors, c'est clair que nous ne sommes pas fonctionnaire et que l'on a pas des heures fixes ou un salaire stable cependant, chaque mois, c'est la course pour trouver des "bons plans job" et donc du boulot. 

Depuis que je suis en "reconversion professionnelle", c'est clair que je suis plus heureuse et je me dis que je vais enfin connaitre la routine et la sensation de cocher les cases de cette fameuse liste de courses. Cependant, je crois que mon rythme de vie va toujours être réglé à 100 à l'heure et que mes nuits vont être courtes : avoir une entreprise et bosser en parallèle, ça commence à faire beaucoup mais le bonheur est au bout du chemin.

Vivre de ta passion et vendre des burgers. 

Ce que j'ai dit récemment à l'un de mes amis, c'est qu'il vaut mieux faire un job alimentaire et être à fond pour développer ton projet-entreprise plutôt que de faire 24 heures sur 24 la même chose. Par exemple, si tu es rédacteur web pour un gros magazine, tu vas t'investir à fond parce qu'on te paie et que tu veux bien faire les choses, mais si tu tiens un média, tu ne vas pas sentir la même motivation. Il faut se diversifier pour ne pas péter les plombs ou être contre-productif. Il n'y a rien de pire que d'avoir la sensation de bâcler son travail et de ne pas être investi à 100% dans ton propre projet. 

Après, tout dépend des personnes et des métiers. C'est clair qu'il vaut mieux illustrer pendant 20 heures et te diviser le cerveau plutôt que de faire quelque chose par contrainte mais généralement, on n'a pas vraiment le choix. 

J'avais entendu un exemple similaire dans le podcast de Nouvelle École. Pour lui et certains de ses invités, il vaut mieux vendre des burgers et faire à fond ton projet plutôt que d'engloutir une tonne de taff qui est toujours le même. Parce qu'il y a une baisse de la motivation et peut-être que le sentiment de lassitude peut apparaitre au fur et à mesure de cette activité professionnelle. Et il n'y a rien de pire que de ne pas s'épanouir dans un métier de prédilection. 

Être jugé (en permanence). 

Si on est amené à faire de l'artistique, c'est que l'on est engagé. On a besoin d'exprimer nos névroses à travers l'art et sous toutes ses formes. Les chanteurs crient leur désespoir et leur manque d'amour, les scénaristes font en sorte de réécrire leur vie et d'être le héros qu'ils ne sont pas dans la vraie vie, les romanciers fantasment sur leurs amourettes passées ou réfléchissent avec philosophie à leur adultère... Il y a des personnes qui ne savent pas communiquer autrement que par l'art. Et c'est comme cela que les plus grands chefs d'oeuvre de l'humanité sont nés. 

Parce que dans le fond, même si pour certains, être artiste n'est pas un VRAI métier, vous êtes bien contents de : 

⚡️ Regarder le dimanche soir le film proposé par TF1. 

⚡️ Aller au spectacle quand vous avez le coeur gros. 

⚡️ Mater du contenu gratuit sur Youtube. 

⚡️Chiller devant Netflix et baver devant la dernière série à la mode. 

⚡️Pécho votre crush à un concert de Vianney. 

⚡️Participer à un shooting photo et être traité comme des Rois/Reines. 

⚡️Se sentir privilégié parce que Robert Pattinson vous a fait un clin d'oeil à la sortie de son film en avant-première. 

⚡️Et repenser à la bande-son d'un documentaire parce qu'il vous rappellera un souvenir enivrant.

🍓

Tout simplement, l'art est omniprésent dans votre vie et vous ne vous en rendez pas compte. C'est un peu irrespectueux pour ceux qui se cassent la tête pendant des années à faire un film et porter ces images jusque dans les salles obscures. L'artiste ne compte pas ses heures, sacrifie sa vie personnelle et se connait parfois des échecs qui peuvent le faire basculer dans l'antre de la dépression et la consommation de substances illicites. Mais ils sont là pour vous faire voyager, rire et aimer les autres. Ils veulent vous faire plaisir avant toute chose

Donc, lorsqu'on entend ce genre de phrase à tout bout de champ, on se dit que sans culture, sans média, sans rien de tout cela, le monde serait pauvre et signerait son arrêt de mort. Comme dans un scénario de Black Mirror, tout le monde serait des robots ou des humains automatisés sans rêve et sans objectif. On l'est déjà sûrement mais ceux qui laissent des traces sur cette Terre et qui perdurent au fur et à mesure des Générations, ce sont bien les Artistes. Il y a des métiers qui contribuent à changer le Monde, mais les médias préfèrent véhiculer la peur et l'angoisse pour mieux manipuler les gens, au lieu de mettre en lumière ces personnes qui veulent faire évoluer les mentalités. 

Vrai job ou pas, chacun contribue à faire en sorte que cette planète tourne rond et ait de l'espoir. Je ne sais pas si la population se rend compte à quel point, les différents arts sont présents autour d'eux. Sans les Artistes et les Créatifs, il n'y aurait pas les routes, les enseignes accrochées à la façade des bâtiments, le design des endroits, la création de plats gastronomiques, de films, de vêtements... Les gens oublient souvent que tout ceci est lié aux créatifs qui pendant des années se sont battus pour faire exister des projets. Ce manque de reconnaissance peut en tuer plus d'un, mais résistants, ils persévèrent et continuent, dans l'ombre, de créer et d'innover. C'est peut-être ça, au final, l'évolution d'une société. 

Commentaires

  1. On a tendance à penser que c'est pas du travail parce que c'est une passion, un plaisir, un talent. Après tout, "trouve un travail qui te plaît et tu n'auras pas à travailler un seul jour de ta vie" a dit le philosophe dont j'ai oublié le nom. Il y a aussi beaucoup de naïveté sur la réalité des choses. Par exemple un jeune de 17 ans membre du forum d'écriture sur lequel je suis, disait qu'il ne voulait pas payer plusieurs centaines d'euros pour une illustration de couverture. Sauf qu'une illu de couv' d'un bouquin ça coûte parce que 1) le pro est un pro, qui a fait des études, donc on paye aussi sa capacité à concevoir une composition 2) ça lui demande du temps, énormément de temps 3) il a des charges qu'il doit payer, comme tout le monde, etc. Mais on a vite fait de se dire qu'on va pas mettre 500 balles pour "juste un dessin" sauf que... c'est pas juste un dessin.

    "mais les médias préfèrent véhiculer la peur et l'angoisse pour mieux manipuler les gens"
    Bon. Arrivée là, je suis obligée de défendre ma corporation. Le truc c'est que on parle des trains qui arrivent en retard, pas de ceux qui arrivent à l'heure. Donc on parle plus facilement de ce qui ne va pas plutôt que de ce qui va. Ensuite, on choisit aussi ce qui fait vendre, ce qui va être beaucoup regardé pour apporter des entrées pubs (ben oui, journaliste aussi c'est un métier, du coup faut bien remplir le frigo). Ensuite, bien sûr, il y a des médias qui sont beaucoup là-dedans (BFM, Cnews...), d'autres qui sont un peu plus militants, et d'autres encore qui proposent un vrai contenu (Arte, France 5, France Culture...). Faut voir aussi qu'à l'intérieur des rédactions, c'est la merde. J'avais lu un article de je ne sais plus quel média, sur ces journalistes qui s'étaient reconvertis dans autre chose tellement on leur met la pression, tellement ils n'ont pas le temps de faire correctement leur boulot, etc. Donc, comme partout, comme pour toutes les corporations, il faut être mesuré. C'est un peu facile de taper sur les médias. Si les gens écoutaient FranceinfoTV au lieu de BFM, BFM n'existerait plus, puisqu'ils n'auraient plus d'audience (en caricaturant). C'est aussi un choix des consommateurs. Si les asso comme Les Muses de Paris qui donnent des infos positives avaient beaucoup de succès, les média traditionnels s'en rendraient compte et s'y mettraient aussi. Mais qu'est-ce qui fonctionne ? Quotidien sur TFM avec des journalistes bobos qui font croire qu'ils sont meilleurs que tous les autres journalistes de la planète alors qu'en fait ils sont exactement pareil (c'est pas grave, qu'ils soient pareils : ils sont allés dans les mêmes écoles, donc c'est même plutôt attendu ; mais prendre les spectateurs pour des cornichons, ça ne passe pas) (et je dis ça d'autant plus facilement que j'ai regardé pendant une période et je me suis faite prendre comme beaucoup !).
    Taper sur les journalistes, c'est encore une fois monter les gens les uns contre les autres. En période actuelle, alors qu'en plus on a besoin des journalistes pour faire de l'éducation aux média et à l'image, je ne trouve pas ça bien du tout.
    Après, je comprends ce que tu as voulu dire, et on sent dans tes articles que tu es une passionnée, et je respecte ça vraiment énormément parce que moi-même je ne crois pas avoir de passion et donc lire des gens passionnés ça m'intéresse, ça éveille ma curiosité. Mais même si je comprends ce que tu as voulu dire, je suis obligée d'intervenir sur ce passage ;)

    RépondreSupprimer
  2. Hello ! Merci pour tes messages constructifs et passionnés.
    Oui, j'avais lu des témoignages sur ces journalistes qui s'étaient reconvertis. Je tiens à préciser que je ne tape pas sur les journalistes puisque certains membres de ma famille le sont et que moi-même, j'aspire à le devenir :) Ce que je déplore c'est qu'on véhicule davantage la peur que les bonnes actions faites sur cette planète. Les axes surfent sur la tendance actuelle et ce que les gens veulent entendre ou voir. Comme dirait l'autre : plus on donne de la merde au peuple, plus il s'abaisse. Et inversement, plus on leur donne du bon contenu, plus le peuple s'élève.

    Oui, on a besoin des journalistes et je les aime pour ça, pour leur patience et leur richesse ainsi que pour leur réflexion. Connaissant un peu le milieu de la presse, je sais que certains de membres de ma famille rushent à fond pour finir les articles et avouent eux-mêmes qu'ils devraient prendre le temps de développer etc. Je suis pour la presse engagée et les points de vue constructifs. On a le droit de ne pas être d'accord et ça, ça s'appelle le débat. Mais ce que je n'aime pas, ce sont les axes qui terrorisent les gens qui ne sont pas des amateurs de la lecture, des journaux papiers ou web et qui ne se contentent que d'allumer leur TV à 20 heures pour être tenus au courant. On vit dans une sorte de pessimisme permanent et c'est ça qui me révolte un peu. Pour qu'un monde ou une société aille mieux, il faut mettre aussi en lumière ceux qui contribuent au bon roulement de ce système et justement arrêter de pointer du doigt les intermittents ou les artistes qui gagnent trop avec leur chômage. Alors que ce n'est pas une situation confortable !

    Comme pour tout, il y a journalistes et Journalistes. Et qu'est-ce qu'un bon Journaliste et qu'est ce que la Presse ? Des informations relayées par Pierre Paul Jacques ou un véritable point de vue s'appuyant sur des études sociologiques ? J'ai envie de dire, il faut tout pour faire un monde ;) Et je comprends que parfois on doit se plier à certaines commandes pour manger mais le plus important c'est de ne pas perdre notre éthique ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh lala ! Je ne réponds que maintenant, je suis catastrophée, j'ai raté le mail avec la notif --'

      Il y a de ça, mais il y a aussi les gens qui interviennent dans les médias et contribuent à foutre la merde. Le débat actuel se polarise entre le Bien et le Mal. Si tu n'es pas d'accord avec moi alors tu es contre moi, etc. Or, il y a des gens très intelligents qui connaissent le fonctionnement des médias et en profitent même quand ledit média a fait son travail correctement. Je prends un exemple : sur France 5 le dimanche soir il y a C Politique, extraordinairement bonne émission ! Ils avaient organisé il y a peu un débat entre Alice Coffin (qui est au mieux polarisante et source de polémiques, au pire complètement schtarbée) et le sociologue Jean Viard. Faire ça était extrêmement intelligent parce qu'Alice Coffin est à mon avis aussi dangereuse qu'une Le Pen, elle attire la polémique, manie le verbe, et passe ses idées crèmes parce qu'elle a travaillé dans les médias et sait comment ça fonctionne. S'ils l'avaient juste interviewé, ça aurait été une catastrophe. Organiser un débat était malin. Mais comme elle sait quand même comment parler, ben elle a passé ses idées. Si t'écoute juste vite fait tu te dis "ça passe", si tu écoutes avec attention le sous-texte et que tu réalises qu'elle ne répond pas aux questions, tu peux déconstruire son discours (en partie en t'appuyant sur les interventions de Jean Viard). Donc deux choses : 1) même quand le média fait correctement son travail, l'invité(e) qui sait tirer les fils tire les fils, 2) même quand le média fait correctement son travail, on en appel à l'intelligence des spectateurs. Et les média sont piégés pour une raison très simple : s'ils boycott certaines personnes et refusent de les inviter, ils ont perdus. Pas en terme d'audience ou quoi mais en terme d'idéologie et de débat-public.

      Oui, bien sûr, beaucoup de média/émissions contribuent à diviser les gens et les monter les uns contre les autres, comme les politiques, les polémistes, les débatteurs de toutes parts. Mais justement, c'est une raison de plus pour ne pas entrer dans le jeu nous aussi en faisant des généralités au détour d'une phrase (même si ça ne reflète pas (et même surtout !!) toutes tes idées sur la question).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire