Anha S.L

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Rester des années avec une personne et partir du jour au lendemain.

@eikomania.me x Anha S.L

Je quitte le navire !

Quand on aime quelqu'un, on ne compte pas les années, le nombre de disputes, la quantité d'amour... Mais un jour parfois, cet amour est trop plein ou trop vide pour pouvoir combler les désirs de l'un comme de l'autre. 

Si on se retient de partir, c'est parce que les bons souvenirs nous rendent nostalgique et que la peur envahit notre corps et notre esprit. Des questions existentielles viennent alimenter notre cerveau : 

Est-ce que je retrouverais quelqu'un comme lui/elle ?
Si je retrouve quelqu'un, est-ce que j'aurais la même complicité ? 
J'ai l'impression que si je le/la quitte, tout va s'effondrer... Est-ce le bon choix ? 

Difficile d'y répondre, mais parfois le coeur a ses raisons que la raison ignore comme dirait l'autre. Effectivement, c'est toujours extrêmement compliqué de bouleverser sa vie et de voir ses souvenirs brûlés par un briquet rempli d'amertume. Mais surtout, il est difficile de plonger dans l'inconnu et dans l'incertitude. La stabilité et la routine que l'on a fondé à deux sont brisées et remettent tout en question. On se retrouve livré à nous mêmes et pire encore, on regrette déjà cette vie que l'on a peiné à construire. 

Personnellement, je n'ai jamais connu de situation où je suis restée pendant des années avec la même personne. En revanche, j'ai eu un compagnon avec qui je vivais et le fossé entre nous se creusait. On ne s'entendait plus. Tout simplement parce que ce dernier était un brin pervers narcissique* (j'en parlerai dans un prochain épisode) et que de mon côté, je devenais irritable et un peu perdue concernant mon avenir incertain post-diplôme dans l'industrie cinématographique.

Pas les mêmes envies, pas le même avenir. 

On arrivait à un point où j'avais envie de me barrer de France pour aller vivre quelques temps en Amérique du Nord. Ce mec me reprochait de ne jamais l'inclure dans mes projets alors que lui voulait que je reste à Paris car il avait tous ses contacts. Je précise que ses "contacts" pro étaient hyper limités et que ce n'était pas le genre à démarcher ou à aller au culot pour défendre ses idées ou montrer sa valeur ajoutée. Bref. Il me menaçait de me tromper et de se séparer à distance si je partais. Le chantage affectif a marché, j'ai hésité pendant quelques semaines et puis, j'ai finalement saisi l'opportunité de partir. C'était le genre de garçon à ne pas prendre de risque, à douter de mes capacités car il doutait lui-même des siennes. On ne se comprenait plus que ce soit professionnellement qu'amoureusement. De mon côté, je partageais l'appartement avec son ex-copine qui était accessoirement sa meilleure amie. Mais ça, c'est une autre histoire. Cependant, ça a fait pencher la balance. J'ai décidé de le quitter mais après dix mois où l'on s'est bouffé le nez en permanence, je n'arrivais plus à être moi-même et à prendre de décisions

Le spectre des ex. 

Je ne sais pas si l'on peut parler de schéma karmique ou de mauvais karma. Mais je suis tombée sur deux garçons qui étaient encore bien accro à leurs ex-copines. Deux assistants caméra au prénom quasi similaires et dont la névrose était puissante m'ont roulé dans la farine avec leurs faux sentiments. J'avais l'impression d'être un pansement Mercurochrome et d'être la roue de secours. Effectivement, c'est ce qu'il s'est passé. Je pense que le karma fait peut-être bien les choses : si tout n'est pas fluide dans une relation ou dans ta vie, c'est qu'il faut changer quelque chose. 

Je n'ai peut-être pas retenu les leçons du passé et c'est pour cela que je reproduis les mêmes erreurs. Je trouve ça triste sur le moment. Hypersensible de nature, je tente de comprendre leur névrose, de communiquer avec eux mais justement la discussion était biaisée et je devais plus me taire que d'essayer de les comprendre. L'un comme l'autre, ils avaient des problèmes à régler. Tout comme moi au final. À ce moment-là de ma vie, peut-être que j'avais besoin d'un fleuve d'amour dégoulinant comme une fontaine de chocolat et qu'eux ont ressenti cette faille, cette faiblesse et ont eu le besoin de me "bouffer" pour redorer leur égo. Personnellement, j'ai arrêté de chercher mais je retiens désormais la leçon. 

Les amoureux et leur confort. 

Il y a des gens que je ne comprendrais jamais. J'ai demandé à une amie si elle aimait son copain – qui au passage, dans un premier temps, ne l'aimait pas – et m'a répondu : 

- J'ai peur de ne pas retrouver la même complicité avec quelqu'un d'autre.

Pardon ? Au lieu de me répondre : Je l'aime de tout mon coeur. Tu me donnes ça comme réponse ? C'est la même amie qui te balance du haut de son piédestal : "Non, mais tu ne peux pas comprendre". Même chose avec mon paternel, il m'a sorti une phrase similaire qui en dit long sur sa situation et son bonheur : 

- Non mais Machine* s'occupe bien de moi, tu comprends ?  

Okay. Je comprends la notion de sécurité et la peur de l'inconnu. Mais personnellement, je préfère rester seule que mal accompagnée. Je n'arrive pas à comprendre ces gens-là qui ne veulent pas casser leur petit confort et leur image à cause d'une certaine pression sociale. Ils dressent des listes de courses conformes aux "normes" qu'on leur a inculqué et le moment où leur crise de la quarantaine frappera à leur porte, ce seront les mêmes qui pèteront un câble et qui râleront en disant : 

Et si j'avais...

Certaines de mes connaissances ont pris leur envol et ont cassé leur routine pour vivre de nouvelles aventures bien plus belles. Ils ont rompu avec leur situation toxique malgré l'adversité et le regard des autres. Parfois, il faut prendre son courage à deux mains et affronter ce changement de vie. Ce n'est pas facile, j'entends bien. Or, je pense que c'est peut-être là où tout se joue. 

J'en vois des couples malheureux qui font genre d'être THE couple de l'année alors qu'une fois arrivés dans la voiture, il n'y a plus rien. Ils passent d'amoureux transis à des inconnus détestables. On l'a tous plus ou moins vécu et cette situation est toxique. On doit s'en sortir avant qu'il ne soit trop tard. Car finalement, le bonheur ne nous attend pas. On doit monter dans le train lorsqu'il est à quai avant qu'il ne s'en aille définitivement. Ces gens-là m'irritent mais j'ai connu ça à 19 ans : l'insécurité, l'avenir incertain, la peur de rencontrer de mauvais types, de ne jamais fonder de famille et de voir mes rêves professionnels s'éteindre... Cependant, j'ai préféré m'en aller avant que ce type me rattrape et que je laisse filer mes rêves entre les doigts. Pour finir, je vous poserai juste la question : 

Aimez-vous la personne ou davantage les souvenirs que vous partagez avec elle ? 

En gros, préférez vous vivre dans le passé un peu morose ou bien tenter d'affronter l'avenir malgré les éblouissements d'un soleil radieux ? ☀️

Commentaires

  1. Je ne suis pas pro mais quand on a tendance à tomber sur les mêmes personnes, les mêmes profils, c'est qu'inconsciemment on cherche quelque chose, on répond à un besoin, et du coup ça se termine mal pour nous. En gros, même si c'est pas gentil de dire ça, le problème vient de toi ou plutôt de ton état d'esprit, de tes "bleus au cœur" comme tu disais dans ton précédent article. Mais ce n'est pas du tout sous le coup de la fatalité : il est possible de changer ça pour s'épanouir !

    Je ne sais pas si ce n'est qu'une question de pression sociale. Les relations humaines sont compliquées et quelque part je comprends la peur de ne pas retrouver une complicité avec quelqu'un : une relation de proximité avec une personne c'est très rare (ça m'est jamais arrivé, perso, en 24 ans) et très précieux et du coup je comprends cette peur de le perdre. Après, si ça convient à ces personnes, c'est tout ce qui compte. Si par contre ça les bouffe parce qu'elles aimeraient plus mais n'osent pas, là c'est un problème.

    Pour ma part, comme tu l'auras peut-être lu sur mon blog, je ne suis jamais tombée amoureuse, ce qui n'est pas un problème en soi mais qui me fait quand même bizarre vu que la question "et les amours" revient pas mal...

    OUF ! J'ai réussi à écrire un commentaire qui tient en une seule fois ! :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello, merci pour tes commentaires constructifs et passionnés ! ça fait toujours plaisir d'avoir des retours comme ça et de discuter avec des personnes ouvertes au débat. :)

      Oui, je ne dis pas le contraire, le problème venait de moi, c'était une sorte de schéma karmique. Généralement, on cherche quelque chose ou on a une névrose enracinée qui ressurgit et qui se transfert dans nos relations amoureuses. Aujourd'hui, je pratique la méditation et me recentre sur moi-même. Il faut s'aimer avant d'aimer les autres.

      Sinon moi aussi !!! j'ai soufflé mes 24 bougies il y a quelques semaines ! c'est tout frais et un nouveau tournant arrive dans ma vie ! On a hâte que 2020 se termine pour laisser place à quelque chose de plus positif. Bref, je m'égare...

      Oui, c'est assez frustrant d'entendre cette question ! Parce que parfois et souvent, on n'a rien à répondre. À part dire : "je suis mariée à mon job..." c'est tout aha !

      Concernant tes précédents commentaires sur le racisme, effectivement "société" veut tout et rien dire à la fois. Mais c'est un ensemble de personnes qui ont la même vision des choses. On devrait donner la chance aux gens au lieu de les réduire à leur religion, leur physique, leurs origines... Et en effet, on devrait se battre ensemble au lieu de créer des frontières ou des "groupes". Mais il y a tant de travaux à effectuer que bon... on va y aller step by step. Internet reste un bon moyen de communiquer et de sensibiliser les gens. Pour rebondir sur l'humour, je parlais de blagues clichées et potaches. Ces gens là n'ont pas l'intelligence ou la subtilité de Jérémy Ferrari (que j'adore depuis dix ans) et banalisent ce racisme avec leurs phrases toutes faites. Mais ceci est un gros débat ! :)

      Pour finir sur une bonne note, je dirais qu'il est tout à fait possible d'inverser la tendance. Mais pour ça, il faut que tout le monde soit en cohésion.

      Bon lundi !! ☀️

      Supprimer
    2. Tu crois pas si bien dire ! Ces derniers temps quand j'ai ouvert ma bouche je me suis fait envoyé bouler bien dans les règles x) et plus globalement je trouve l'état de la discussion en France un peu compliqué (y a qu'à voir le "débat" d'hier sur la loi sur les flic, le mec passait son temps à répéter la même chose, du coup même question, même réponse et du coup il reprochait à ses interlocuteurs de se répéter ! on a tourné en rond pendant une demie heure ! Bref.) Donc tout ça pour dire que le plaisir est partagé ! ;D

      S'aimer soi-même c'est le plus compliqué... tu as essayé certaines discipline sportives ? Il y en a qui t'aident aussi à te recentrer sur toi, comme le pilates, le yoga ou l'aïkido :)

      Ah moi c'était cet été !
      J'ai l'impression que tous les ans on dit "j'espère que l'année prochaine sera meilleure" xD

      Exact x)

      Je suis totalement d'accord, on devrait voir les gens et pas leur "groupe".
      Oui, le morceau de l'humour est un très gros morceau !
      10 ans ! Mon Dieu... ONDAR ça fait déjà 10 ans ? Je me sens vieille x)

      Oui et puis il faut aussi je pense se donner à fond sur les enfants ! Les adultes sont "perdus" (du moins les plus irréductibles d'entre eux) et "tout ce que l'on peut faire" c'est empêcher qu'ils prennent des décisions (politique, par exemple) qui empirent les choses (une sorte de travail de veille, je dirais) ; mais par contre, les enfants ne voient pas les couleurs, et ça c'est super, il faut en profiter pour mettre le paquet sur l'éducation !

      Bon lundi à toi aussi ! (heureusement que tu me dis ça, au chômage je perds la notion des jours xD)

      Supprimer

Publier un commentaire