Anha

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Môme : Avoir un enfant quand on est plongé dans la vingtaine.


Avoir un enfant de toi, ça fait longtemps que j'attendais.
Le voir grandir auprès de toi, c'est le cadeau dont je rêvais.


Quelle pression d'envisager d'avoir des enfants alors que l'on sort à peine de notre adolescence dorée ! Mais quand on voit que l'on se rapproche de plus en plus du quart de siècle et pour certains de la trentaine, on commence à flipper et on se dit que l'on a rien construit. Parfois, on n'envisage même pas d'avoir un marmot qui bave sur notre épaule et d'être plongé dans les couches, bavoirs et biberons à gogo. Nous vivons dans une génération qui est en décalage par rapport à celle de nos parents voire grands-parents. On se mariait à 20 ans ou 16 même pour certaines familles et on avait des enfants dans la foulée. Tout allait bien, tout était parfaitement normal. Aujourd'hui, on prend un peu plus le temps pour faire nos expériences, se chercher dans ce monde technologique, 2.0 où chaque chose est source de tentation et de consommation abusive. Oui, effectivement, je parle des relations amoureuses que certains consomment sans vergogne sur les applications de rencontres. Après, chacun est libre de faire ce qui leur semble et de vivre les diverses histoires d'amour ou de fesses comme ils l'entendent. 

Mais n'as-tu jamais remarqué que tes ami.e.s qui sont en couple depuis un certain temps te foutent inconsciemment la pression ? Genre, on n'est pas assez bien pour eux si nous ne sommes pas en concubinage et envisager de pondre des petiots ? Ça arrive plus fréquemment qu'on ne le croit et là, on est définitivement recalé au stade de loser sans vie sociale. Alors les amis, j'ai envie de vous dire que non. Vous n'êtes pas des extra-terrestres si vous n'êtes ni en couple, que vous butinez telle une abeille des champs à droite à gauche avant de trouver votre bonheur ou encore que vous n'ayez jamais pensé à vous recréer. 

Personnellement, j'en ai assez que l'on me dise qu'il serait temps de faire un enfant pour avoir une vie stable et normale. Mais bordel, qu'est-ce que la normalité ? Être avec un mec que tu n'aimes pas, avoir un enfant qui te casse les pieds et vouloir te barrer avec la première Chevrolet que tu vois ? Bon. Remettons les pendules à l'heure. Pour certains, c'est un mode de vie et on suit les traces de papy, mamy. Pour d'autres, c'est vivre au jour le jour et peut-être qu'on y pensera un jour. J'ai bien dit peut-être ! S'il vous plaît, arrêtez de mettre des gens dans des cases. Arrêtez de foutre une charge mentale aux meufs qui sont bien libres, je veux dire, libres de leur choix, de leur corps, de leurs actions... Par exemple, si tout le monde se faisait greffer un troisième bras à la place du nombril à l'âge de 21 ans, il faudrait obligatoirement le faire ? Non.

Avoir un enfant lorsque l'on a la vingtaine, ce n'est pas une pensée universelle, surtout actuellement. Je fais partie de celles qui ont besoin d'être certaines des choix qu'elles font, d'avoir confiance en la personne, d'apprendre à aimer à nouveau les gens, la vie avant de s'engager et de suivre le troupeau. J'ai toujours pensé que je pourrais vivre une vie hors-norme, hors cadres sociaux qui te bouffent le cerveau, tes pensées et ton libre arbitre. Je fais partie de celles qui ont peur que la chair de leur chair grandissent dans un monde pourri où ni eau, ni ressources naturelles n'existeront pour contribuer à leurs besoins primaires. Alors, non, je m'en fiche d'avoir des aides de la CAF, d'avoir une photo de famille annuelle à chaque Noël que tu ranges ensuite dans une vieille boite à chaussures, et de suivre les autres. J'ai 23 ans et aujourd'hui, je ne me sens absolument pas prête pour avoir quelqu'un dans ma vie et de l'aider à grandir. Je préfère vivre ma meilleure vie, mes expériences et après, qui sait, advienne que pourra. Mais en tout cas, n'écoutez pas les autres et vivez pour vous et comme vous le sentez. Un enfant c'est pour toute la vie. Et il vaut mieux avoir, sur cette Terre, moins d'enfants, mais des enfants heureux.




Photos backstages du court-métrage "Môme" 
réalisé par Anha S.L.



Commentaires

Publier un commentaire