Montréal : Câline de Blues



Je reviendrai à Montréal
Me marier avec l'hiver.


Ah Montréal ! J'ai tellement convoité cette ville. À chaque fois que je lui rends une petite visite, j'ai l'impression d'y avoir toujours vécu. Que ce soit en été ou en hiver, il est toujours agréable de flâner dans les rues montréalaises. Les québécois sont hyper accueillants, serviables et sympas. La première fois que j'y suis allée, c'était à l'été 2017 et ce fût un voyage imprévu de base. Un de mes contacts professionnels basé à Montréal m'avait envoyée un mail pour me dire qu'il m'invitait à prendre un café afin de discuter boulot. À l'époque, j'étais encore à New York et j'avais laissé le cinéma de côté pour me consacrer à l'écriture et au digital. Je voulais vraiment vivre en Amérique du Nord et commencer quelque chose de nouveau et d'épanouissant, mais les sirènes du 7ème art ont retenti. Je suis partie de mon petit appart' à Sunny Side quelques jours, réserver un air B'n'B de dernière seconde et pris le premier Grey Hound qui partait de Penn Station. C'était parti pour 10 heures de bus à longer la côté-Est des USA.


10 heures plus tard...

Nous avons fait escale à Albany et Plattsburgh avant de s'arrêter à la frontière canadienne. Tu es obligé de descendre du bus car les policiers contrôlent tes bagages, le véhicule et tes papiers. Je pensais être recalée car je n'avais pas fait l'AVE (Autorisation de voyage électronique) mais en fait, ce n'est nécessaire que si vous naviguez par voie aérienne. Et là, je voyageais "on the road". J'ai sympathisé avec une française qui voyageait avec ses deux filles. Nous sommes arrivés à destination dans la gare de Montréal. Je n'avais pas de wifi pour voir le message de l'hôte du Air B'n'B et je suis directement aller prendre un taxi qui au passage m'a arnaquée. J'avais oublié de changer mes euros en dollars canadiens et il n'a pas voulu faire la conversion. Honnête, n'est-ce pas ? Je suis arrivée sous la pluie près de l'appartement, pris les clés dans la boite aux lettres et finalement, je me suis endormie sur le lit. L'appartement était fantastique. J'ai rarement eu l'occasion de voir un endroit pareil. J'étais directement fascinée par les québécois, leur accent, leur gentillesse. Pour la première fois depuis bien longtemps, je me sentais bien dans cette ville. Je l'ai longtemps fantasmé et pour le coup, je n'ai pas été déçue.


Le bar des anges saouls

Mon "date" du jour m'avait donné rendez-vous au café Les Folies situé à la station Mont-Royal. Il y a une terrasse vraiment sympa et les cafés sont plutôt bons. À Montréal et au Canada, en général, il est interdit de fumer sur les terrasses contrairement aux Français qui ne se gênent pas pour s'en griller une. Les montréalais brunchent et dînent tôt aux alentours de 18h30/19 heures. Ils prennent exemple sur les confrères américains qui s'empressent de dîner pour faire des activités en soirée. En tout cas, on ne manque pas de célébrer l'été. On fait la tournée des bars, on profite des beaux jours en allant voir des feux d'artifices, des concerts, les animations près du vieux port. Là aussi, tu ne vas pas manquer de faim. Bien évidemment, je te conseille de goûter la fameuse Poutine, un plat à base de frite, de sauce brune et de fromage en grain. La spécialité est partout. D'ailleurs, une fois, alors que je mangeais tranquillement une poutine dans un restaurant près du Mont Royal, un mec a moitié saoule à débarquer. Il a cassé des verres. Les gérants lui ont donné à manger pour qu'il parte mais le type était totalement bourré. Il s'était donné en spectacle et nous étions tous pétrifiés. Parfois, on peut avoir un peu de folklore lors de notre repas. Pendant mes séjours à Montréal, je n'avais pas le temps d'aller me faire à manger et je déjeunais souvent à l'Entrepôt où ils proposent des plats à 5,95$.  Tu peux prendre des salades, des tortillas, des burgers végétariens ou non, et toujours accompagnés de frites, soupe ou salade verte. Par contre, comme aux USA, il faut rajouter des tips et les taxes mais en général, tu peux t'en sortir pour 10/12$ canadiens. Ce qui n'est absolument pas onéreux. 


Sunday morning rain is falling

Le temps là-bas est tellement aléatoire. Il peut faire beau en matinée comme il peut pleuvoir d'une minute à l'autre. Avec l'une de mes amies rencontrées à Toronto, on s'est donné rendez-vous au Rouge Gorge, un bar à vin bien sympathique pour se raconter nos dernières péripéties. On se disait que la relation avec les québécois était cool en superficie mais assez creuse quand on essaye d'aller un peu plus loin. Il faut limite signer une clause d'exclusivité et un accord pour sortir officiellement avec un québécois. Sinon, c'est de la relation hyper libre. Je trouve que notre côté très romantique est un peu passé aux oubliettes et on se retrouve un peu sur le carreau. Arrivé à l'automne, le temps est atroce. Même mes amis québécois me disent que le mois de novembre est le pire de l'année. On avait déjà atteint les -20 degrés et j'avoue qu'on commençait à se le peler sévère. Mais tu peux faire des sports d'hiver comme du patinage, du hockey, parce que là bas, c'est le sport ultra cool et porte drapeau du pays. Le football à l'inverse de la France, est totalement oublié et de toute façon, les québécois disent qu'ils ne passent même pas les sélections. Au delà du sport, tu peux aller au Centre PHI qui propose pas mal d'expositions et d'expériences intéressantes, aller voir un film québécois au Cinéma Impérial (pour ceux qui ne sont pas habitués à l'accent, ça peut être assez compliqué de comprendre toutes les expressions québécoises à base de "tabarnak", "d'ostie"et l'accent, dont les phrases sont débitées à une vitesse grand V) et d'aller jeter un coup d'oeil aux musées (MAC, Musée des Beaux-Arts). Si tu as un petit creux, tu peux aller et magasiner aux Dépanneurs, dans les épiceries Jean Coutu ou si tu as le temps, d'aller acheter des super produits frais au Marché Jean Talon. Pour les fameux gifts, je les fais toujours près du Old Port mais tu peux trouver ton bonheur rue Sainte Catherine qui regorge de magasins. Il y a énormément de boutiques de souvenirs et parfois, il y a même des remises sur tes achats. Les vendeurs prennent le temps de discuter avec toi et tu peux échanger quelques mots, quelques souvenirs avant de reprendre le métro qui est aussi propre qu'à Bruxelles ! Rien à voir avec le métro parisien. Il y a toujours quelque chose à faire dans cette ville que j'apprécie énormément. Les gens sont ouverts d'esprit et n'hésitent pas à venir t'aider si tu es dans le besoin. Si tu veux avoir une expérience internationale, tu peux demander ton PVT (Permis Vacances Travail) et découvrir cette ville et ce pays qui regorgent de surprises et d'ailleurs, je trouve que c'est bon mélange entre les USA et la France. Tu aimeras cette ville pour son côté et son architecture et mentalité assez américaine mais aussi pour son aspect francophone, ce qui permet de ne pas être trop déstabilisé si tu cherches à t'installer ou à visiter l'Amérique du Nord. Si tu hésites encore, je te dirais : Let's Go !



Polaroïds réalisés par Anha S.L.
Fabriqués en 2017







Récap' des Places To Be à MTL :


Le Belvédère
Le Old-Port
Quartier du Mont-Royal
Le Marché  Jean-Talon
Centre PHI
L'Original  (Restaurant)
Quartier Latin 
MAC , Musée d'Art Contemporain
Le Cinéma Impérial
Le Boulevard St-Laurent
Rue Ste Catherine





1 commentaires