Anha

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Just A Small Town Boy : Être un garçon des années 2010.



Livin' in a lonely world.
He took a midnight train goin' anywhere.


Aujourd'hui avec les réseaux sociaux et l'image que les garçons 2.0 véhiculent, il est difficile de trouver son équilibre. Il n'y a pas que les filles qui complexent sur leur reflet dans le miroir. Cela est dû aux influenceurs à la vie "parfaite" et leur morning routine qui vend du rêve aux jeunes pousses. Nous sommes dans une société d'images où les codes sont de plus en plus enracinés. Je n'ai jamais compris l'engouement pour partager sa vie quotidienne et 24 heures sur 24 à travers les divers réseaux sociaux dont Instagram qui est reine de l'image et du partage. Parmi tout ça, il faut essayer de trouver sa place et parfois arrêter de complexer. 


Tu dois être viril.

J'entends beaucoup de mes amis garçons dire qu'ils doivent être comme ci, se tenir comme ça, avoir certaines manières ultra calculées car c'est le devoir d'un mec. Ils doivent s'affirmer en tant que mâle alpha et faire absolument preuve de virilité. Sauf que pour être honnête, ils n'en ont pas vraiment besoin. Nous vivons en 2020, et les codes ont changé. Personnellement, j'ai toujours trouvé ça injuste d'associer directement un mec avec virilité. Ce mot m'a toujours fait penser au mec du téléshopping, ultra bodybuildé, une face carrée qui a abusé de l'autobronzant et du dentifrice blanchissant pour ses dents parfaitement alignées. Ce mec là, typiquement essaye de te vendre des vitamines pour maigrir plus rapidement et gonfler tes abdos. Entre autre, tu passes du loser avec un ventre de bières à un beau-gosse prêt pour surfer à Venice Beach avec les dauphins du Pacifique. Bref, en tout cas, ça ne m'a jamais donné envie de fréquenter ce genre de personne. Je trouve qu'un mec qui a énormément de charme, de langage et qui a une vraie personnalité vaut bien mieux que toutes les tablettes de chocolat au monde. 


Tu dois être aussi bien zappé que Ryan Gosling.

Oui, parce que nous les filles en général, on aime que notre boyfriend soit vraiment stylé et qu'il ne s'habille pas en jogging Spiderman pour aller au resto ou faire les courses. C'est vrai qu'on a tendance à toujours plus ou moins fantasmer sur des acteurs et lui offrir une panoplie de vêtements que l'on aime bien. Ils sont obligés de les porter juste pour nous faire plaisir. Bon, je n'ai jamais fait ce genre de chose car je trouve ça un peu limite aficionado. Mais j'avoue que certains garçons suivent la mode avec attention pour rentrer dans le moule. Comme la mode des Stan Smith où notre objectif était de compter le nombre de ce modèle de baskets que tu voyais en une demie-heure dans les rues parisiennes. Eh bien là, c'est pareil. Je pense que les mecs peuvent s'habiller comme ils l'entendent, sans pression, tout en gardant leur personnalité et leur joie de vivre sans qu'on les juge. (Et même s'ils préfèrent garder leur vieux short multicolore décalé de quand ils avaient 15 ans.)


Sois galant et tais-toi.

Cliché, n'est-ce pas ? Dans une société où l'on veut la parité, des comportements ou des habitudes sont malheureusement enracinés. Et c'est bien dommage. Il y a encore un gros travail à faire sur ces valeurs. Non, ton mec ne doit pas obligatoirement t'acheter des roses, une boite de chocolat en forme de coeur, louer un costard et une limousine pour t'emmener au Fouquet's. Non. Il n'est pas obligé de dépenser une petite fortune parce que c'est le jour le plus commercial pour les amoureux des bancs publics. Il ne faut pas non plus l'accabler parce que ce n'est pas comme dans les films et que c'est son rôle de jouer les Bruce Wayne et de driver les finances. Nous ne vivons plus en 1930, les temps changent et heureusement. Lui aussi a le droit d'avoir son petit cadeau et pas qu'à la Saint-Valentin, n'est-ce pas.


Tu ne pleures jamais et tu es un robot qui ne pense qu'à faire la chose.

Les hommes ont eux aussi un coeur. Et parfois plus fondant que le fondant au chocolat de ta grand-mère. Même s'ils ne veulent pas le montrer, les garçons des années 2010 sont sensibles, même très sensibles.  Ils sont loin d'être des robots obsédés par le sexe et l'anatomie féminine. Bien loin des idées que l'on peut se faire, et ce malgré des conversations entre mecs un peu brutes, ils ont une grande part romantique. Et surtout, eux aussi, ont peur de ne pas savoir comment décrypter la gente féminine si complexe et de ne pas être à la hauteur. C'est vrai qu'avec les applications de rencontres, le nombre de likes qui définit ta popularité et la notation constante à base d'étoiles, tout cela devient ultra oppressant. C'est limite un concours de celui qui sera le plus performant possible. Mais les garçons ne sont pas les seuls à avoir cette crainte. Les filles aussi ont ce problème de confiance. C'est dommage que nous ne communiquions pas suffisamment entre nous sur ces craintes qui ne devraient pas être taboues. Et je noterai que les filles parlent d'érotisme entre elles et parfois, cela peut être aussi cru que les conversations les confrères masculins.


Les garçons façon 2010 aiment les trucs de filles.

Dans cette société genrée où les garçons naissent dans les choux et portent du bleu et les filles dans les roses et portent eh bien... du rose, il est difficile de vouloir défoncer les frontières de la stigmatisation sociale. Non, nous ne sommes pas conçus pour vivre dans un monde aussi rigide. J'ai grandi dans une famille de garçons ; j'aimais les jeux vidéos, les Pokémon, échanger les carte Yu gi yo, jouer à la balle au prisonnier et se donner des noms de loubards à base de testostérones. Certains de mes cousins aiment également jouer au Polly Pocket, habiller des poupées, chanter les Disney, se déguiser afin de faire des jeux de rôles et les Winx. Donc finalement pourquoi se prendre la tête alors que tout pourrait être hyper simple. Et puis même si l'on te dit que tu es trop différent ou pas normal d'aimer tel ou tel trucs quand tu es un garçon et que c'est réserver aux filles, puis que l'on te juge sans foi, ni loi, sur ton orientation sexuelle, il faut passer outre. On s'en fiche. Du moment que tu es sympa, joli comme un coeur, créatif, intéressant et que tu sais ce que tu vaux dans ce monde de brutes puant la sueur de mammouth, tu peux passer ton chemin ou leur gueuler : "La différence, c'est ma chance (idiot) !".




Photographies et retouches par Anha S.L.


Commentaires