Anha

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Here Comes The Sun : Être à l'aise devant l'objectif


Sun, sun, sun, here it comes.


Ah ! Le beau temps revient enfin au cours du mois d'avril. C'est l'idéal pour pouvoir profiter des beaux jours qui rallongent au fur et à mesure jusqu'au solstice d'été. Pendant cette période assez particulière où nous sommes tous en train de faire le tri dans nos maison, j'ai voulu mettre en ligne quelques photos qui dorment dans mes disques durs. En effet, avec mon ami photographe, Damien, nous avons réalisé pas mal de clichés et retouché pendant des heures certaines photos qui ne sont pas sur Instagram, ni sur les autres réseaux sociaux. Je trouve ça assez dommage d'avoir passé autant de temps pour ne pas partager ces photos et écrire une petite légende. Et c'est d'ailleurs l'une des raisons pour laquelle j'ai crée ce petit webzine/blog. J'ai tellement de photos que j'ai prises lors de mes années collège, lycée voire même en primaire, je déambulais dans la cour avec mon appareil photo Kodak jetable. Je n'ai jamais retrouvé la trace de ces appareils d'ailleurs. Le numérique a révolutionné nos vies cependant, je trouve que l'on fait énormément de photos qui restent inactives dans le flow de notre pellicule numérique. Mes premiers essais photographiques sur modèle vivant ont été réalisé en 2011 sur l'une de mes amies de l'époque. J'étais à la fois excitée et angoissée de rater ce premier shooting fait à l'improviste lors d'un mercredi après-midi après les cours. Mais dès que j'ai dirigé mon modèle et que j'ai eu les premières photos sur ma carte SD, j'ai senti une vague de bonheur envahir mon âme. Comme si, j'avais cette vocation dans les veines. J'avais capturé un visage, un corps et surtout des émotions. Au moment où j'ai trié les photos et commencé à retoucher sur Photoscape, j'ai été conquise. Bon, maintenant, je dirais que c'est du travail "amateur", mais j'étais hyper fière de mon travail. J'ai partagé les photos et les gens étaient satisfaits. J'avais des "commandes" au lycée et j'étais devenue celle qui faisait les photos de profil Facebook des uns et des autres. Ça me faisait rire et surtout je prenais du plaisir à exercer ma passion. 


Mais un jour, je suis passée de l'autre côté de l'objectif. Surtout dans les débuts de mes essais où mon assistant, à savoir mon trépied, était le seul à partager ce secret avec moi. Il me fallait de la consistance pour mon blog "mode" de l'époque et je posais tranquillement dans mon salon. Je réalisais chaque jour des photoshoots et j'étais contente. Mais je voulais quelque chose de plus artistique, de plus réfléchi qui correspondrait à mon univers. Je voulais des décors, des costumes et tout ça je pouvais le réaliser uniquement si j'avais des modèles à diriger, à mettre en scène et à photographier. Cependant, je passe devant l'objectif pour Damien qui s'exerce lui aussi à la photographie et qui est devenu une sorte de binôme. Avec Gabrielle, pour la première fois, j'ai été le modèle artistique de quelqu'un pour la promotion de mon livre de l'époque. Être maquillée et être mise en scène alors que l'on a l'habitude de faire tout ça soi-même, ça fait un peu peur et le sentiment est étrange. Au départ, je n'étais pas super à l'aise et j'avais du mal à ignorer l'objectif, à rester fixe. C'est un excellent exercice pour pouvoir mieux diriger les modèles pendant les shootings à venir. Passer de l'autre côté du miroir, c'est une expérience. Et maintenant, après plusieurs expériences comme celles-ci, je me dis qu'il faut être soi-même et ne pas avoir peur des photos "ratées". Il n'y a pas de photos parfaites, ni du premier, ni du deuxième clic. Parfois, les meilleurs clichés sont ceux où nous sommes les plus naturels possible. On capture l'instant, l'émotion. La beauté reste subjective, donc ne vous inquiétez pas, les gens ne vous jugeront pas si l'on voit davantage vos tâches de rousseurs ou un autre "défaut" de votre corps que vous n'appréciez guère. Je pense qu'avec la photographie, on peut apprendre à s'aimer, à s'accepter. Si l'on est à l'aise devant un objectif et si le résultat nous satisfait, on peut commencer à faire ce travail d'acceptation. Il vaut mieux quelqu'un qui sourit, qui a une beauté pure, naturelle, et qui se sent bien dans ses pompes plutôt que quelqu'un qui a une beauté "plastique" (je veux dire une beauté qui fait l'unanimité, style magazine mode du dimanche), mais qui n'envoie rien à l'image, qui est complexé par ses moindres défauts, et qui est donc assez superficielle. Donc je rejoins Louise de My Better Self, car dans cette société de plus en plus oppressante, #OnVeutDuVrai !!




Photographies par Damien Top
Retouches colorimétriques par Anha S.L.




☀ 



T-shirt imprimé : Pull&Bear
Jupe similicuir : Pull&Bear
Baskets : Converse
Rubans : Lucky Team
Barette : H&M
Appareil photo argentique : Meikai EL





Commentaires

  1. Je pense qu'être à l'aise devant un objectif serait vraiment très compliqué pour moi, je suis plutôt gênée en général ahah

    Des bisous !

    RépondreSupprimer
  2. J'aime bien ton shooting photo
    Des bisous
    Audrey
    https://pausecafeavecaudrey.fr

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire