Anha

With pretty stories for which there's little good evidence Sea of Tranquility tendrils of gossamer clouds decipherment courage of our questions.

@eikomania.me

Dream a little Dream of Me : Comment se décider à partir et à tout plaquer


Partir un jour, sans retour.


Bonjour à vous, jeunesse dorée de la blogosphère 2.0 ! Je me posais une question récemment et je me demandais si en ce moment même, là où vous me lisez, si vous n'auriez pas une envie d'escapade loin de votre petite ou grande ville pour échapper à votre routine de métro, boulot, dodo et de faire le vide ou tout simplement reconstruire votre vie ailleurs ? Je sais que se cacher derrière mes personnages de fiction est une réelle barrière à la vie sociale mais si vous me lisez, Internet est également un monde à part où nous pouvons nous balader librement et connaître la vie des gens à travers leurs profils Instagram au design ergonomique et tape à l’œil. Parfois même, confidence pour confidence, je fais vivre mes rêves ou mes angoisses à mes personnages de papiers à travers mes films. Pourquoi ? Tout simplement pour comprendre qui je suis et découvrir réellement l'enjeu de mon futur. Bosser dans le cinéma n'a aucune sécurité de l'emploi et avec la conjoncture actuelle, je pense que personne n'est à l'abri de fréquenter de la case chômage. L'inaccessibilité aux rêves est parfois trop grande ou nous paraît trop loin pour imaginer une seule seconde réussite dans notre domaine. Alors on plaque tout, on fait notre valise, on prend la voiture en regardant à travers le pare-brise les nombreuses étoiles qui défilent dans le paysage nocturne et on roule jusqu'à ce qu'on arrive à trouver qui nous sommes et ce qu'on veut faire de notre vie malgré ce rythme énervant et lent de dépression.

Sommes-nous capables de tout plaquer pour tout recommencer? Avons-nous suffisamment de courage pour partir vivre à l'autre bout de la planète et abandonner nos proches ? 


À la limite d'un burn-out, je pense qu'avec un peu de recul, on peut réussir là où l'on ne s'y attend pas. Exploiter le potentiel de notre passion dans la ville dans laquelle nous avons grandi est parfois possible. Et tenter de réussir ailleurs est tout à fait honorable. Les rencontres sont faites pour rythmer nos vies et faire palpiter nos âmes jusqu'à fumer une cigarette de satisfaction afin de calmer notre esprit et se dire que rien n'est vain. Au lieu de se morfondre dans une routine qui ressemble à un cube restreint, nous pouvons changer les choses ou une personne peut faire accélérer votre destin en poussant les murs de ce cube. Il ou elle devient votre petite lueur d'espoir qu'il ne faut surtout pas perdre de vue afin qu'elle ne cesse de briller. Nous sommes sujets à de nombreuses déceptions, surtout dans laquelle évolue notre génération. Il y a deux sortes de personnes : celle qui vous ne retiendra pas et qui vous laissera faire votre bonhomme de chemin jusqu'à ce qu'elle ait besoin de vous, puis, il y a celle, qui convaincra que vous êtes quelqu'un de bien et que tout est possible à partir du moment où vous y croyez. Toutes les utopies du genre "Happily ever after..." n'existent pas ou du moins très rarement. Et même si l'amour ou l'amitié sont éphémères, que ces choses dont on ignore encore la composition chimique qui peut nous faire passer des rires aux larmes, existent. Il faut savoir écouter, renoncer, aller d'échec en échec, vouloir partir puis regarder derrière soi et se rendre compte à quel point les personnes qui vous entourent vont vous manquer. Ce ne sont que de belles paroles dactylographiées sur une page web, mais faîtes comme Alex, dites à votre Nina de vivre ses rêves ici, avec vous et que le futur se joue, désormais, maintenant. Movin' on.





Short film réalisé par Anha S.L.






Note :

 J'ai voulu mettre cette scène en arrêt sur images. Si vous regardez mon film initial, les traductions en anglais ne sont pas exactes mais c'est intentionnel. Je voulais accentuer ce message fort concernant le fait de partir pour tout recommencer. De rêver au delà des frontières qui nous sont imposées, de l'imagination.






Pauline porte
Une robe rayée chinée chez Freepstar
Des chaussettes à motif venant de Forever 21

Kevin porte:
Un pull Vintage
Un jean moutarde dont la marque m'est inconnue
Une montre Casio



Commentaires

  1. Coucou
    Je l'ai fait personnellement puisque je me suis expatriée aux USA. A la base ça devait être permanent, mais au bout de 3 ans on a dû rentrer en France pour des raisons familiales. En tout cas tout plaquer pour partir vivre à l'autre bout du monde est une expérience grisante !
    Des bisous
    Audrey
    https://pausecafeavecaudrey.fr

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire